YEMA Navygraf Marine Nationale – Test et avis

YEMA joue dans la cour des grands depuis quelques temps, en proposant des montres en partenariat avec les héros de la France, comme le Centre National d’Etudes Spatiales, l’Armée de l’Air et maintenant, avec la Marine Nationale.

Tudor a d’ailleurs aussi présenté un partenariat avec la Marine Nationale, illustré par leur modèle “Submariner”.

C’est une très belle opportunité pour YEMA puisqu’il s’agit ici d’un véritable partenariat, et non d’un simple clin d’oeil. Puisqu’elle n’est pas très différente de la Navygraf que je vous avais déjà présenté en test ici, nous nous contenterons ici d’une revue simple, de cette nouvelle version.

En bref : YEMA Navygraf Marine Nationale
Boitier (diamètre) 39mm
Boitier (épaisseur) 12.15mm
Boitier (matière) Acier inoxydable 316L
Mouvement Automatique YEMA 2000
Verre Saphir plat de 2,5mm
Etanchéité 30ATM (300m)
Bracelet Métal et single-pass officiel Marine Nationale
Entrecorne 19mm
Cadran Bleu
Luminescence Aiguilles et indexes
Complication(s)
Prix 790€

Un partenariat qui se joue dans les détails

La Navygraf est un modèle déjà très connu de chez Yema, et est très apprécié. Je possède personnellement la “Heritage” qui est un hommage à la toute première version, parue dans les années 70.

La Heritage est habillée d’un cadran noir aux détails jaunes. Cette version Marine Nationale la joue autrement, avec un fond bleu mat et des décorations blanches.

On trouve évidemment le blason de la Marine Nationale à 6h, ainsi que l’ancre des galons qui est embossée sur la couronne de réglage.

La montre a été conçue et développée pour correspondre aux exigences des professionnels du monde maritime.

Des caractéristiques que l’on connait déjà

La fiche technique de cette version est exactement la même que la Navygraf Heritage.

On trouve le mouvement YEMA 2000, qui offre 42 heures de réserve de marche, et un remontage automatique.

Le boitier en acier mesure 39mm de diamètre et dispose d’une lunette unidirectionnelle décorée de bleu marine. L’étanchéité est évidemment importante, avec 300m de résistance à l’eau.

Au niveau du cadran, on retrouve les célèbres points d’exclamation pour les indexes, qui sont cette fois en blanc. Le tout est doté de Super-Luminova BGW9, une des versions les plus puissantes de luminescence.

Le boitier se ferme par un verre saphir épais de 2,5mm. Le fond est quant à lui décoré d’une ancre et de la mention “Marine Nationale”.

Plusieurs besoins, plusieurs versions

Petite nouveauté pour cette Navygraf, puisque YEMA la décline pour la première fois en 4 versions.

On trouve ainsi une version à quartz (vendue 399€), une version automatique no-date (790€), une version GMT (1049€) et une version plus compacte avec 34mm de diamètre, destinée aux poignets féminins (349€).

C’est très intelligent de l’avoir décliné en plusieurs versions, puisque chacun peut ainsi trouver montre à son poignet. Personnellement, j’ai une petite préférence pour la version GMT que je trouve très bien décorée avec son aiguille rouge supplémentaire, et son dateur.

Notez aussi que cette nouvelle déclinaison est livrée avec un packaging exclusif (que je n’ai pas eu pour le test), et un second bracelet.

Ce second bracelet est un “single pass” : c’est un peu comme un NATO, mais on ne le passe qu’une fois sous le boitier. L’épaisseur est ainsi bien plus contenue. J’en ai personnellement deux pour une autre montre, et j’adore les porter.

Les points forts sont intéressants, avec une élasticité qui le rend très confortable et adaptable à tous les poignets. Visuellement il est aussi agréable, avec sa teinte bleutée, son liseré jaune et sa boucle brossée et gravée.

Conclusion

C’est un bien joli partenariat que YEMA propose ici. Les collaborations avec la Marine Nationale sont plutôt rares, et c’est donc un accès privilégié qu’a eu la marque.

Une partie des revenus générés par les ventes serviront d’ailleurs à soutenir les oeuvres sociales que la Marine soutient.

Même si les différences techniques sont peu nombreuses, j’apprécie cette nouvelle déclinaison. Les couleurs sont douces et agréables, le blason est visible mais reste discret, tout comme les petits clin d’oeil.

Le fait qu’elle soit déclinée en plusieurs formats est très intelligent, tout comme le fait de la recevoir dans un écrin spécifique et avec un second bracelet plus “technique” en “NATO” élastique.

Le prix de la version standard est un peu plus élevé, puisqu’elle se vend à 790€ au lieu de 749€. Je pense que cette différence de prix s’explique par le partenariat, qui doit être couteux, ainsi que les développements spécifiques (cadran, couronne, packaging…).

C’est une montre en série limitée à 1000 exemplaires pour la version GMT. Les autres modèles n’ont pas cette limite.

Si elle vous plait, c’est ici que vous la trouverez !


Galerie photo
Total
86
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Article

CODE41 Anomaly Evolution - Test et avis

Next Article

SYE MOT1ON Chronograph - Test et avis

Related Posts