William L 1985 Power Reserve – Test et avis

La marque de Guillaume Laidet nous propose une nouvelle réussite : la Power Réserve !

Quand on me parle de montres à prix accessibles, je cite quasiment toujours William L. 1985. C’est une marque qui est née quasiment en même temps que La Petite Trotteuse, qui a aujourd’hui très bonne réputation, et qui vend des montres de qualité à prix abordables.

Ils proposent toutefois deux collections plus haut de gamme, la Racing et la Tourbillon, que j’ai eu la chance de tester.

Je vous partage ici mon avis sur leur dernière collection, simplement baptisée Power Reserve, pour réserve de marche, en français. Pour rappel, la réserve de marche est en quelques sortes “l’autonomie” qu’a la montre, c’est le temps pendant lequel (sans la remonter) la montre indiquera l’heure.

C’est aussi le nom d’une complication horlogère, qui indique avec une aiguille supplémentaire la réserve de marche (parfois écourté en “rdm”) du mécanisme.

En bref : William L. 1985 Power Reserve
Boitier (diamètre) 40.5mm
Boitier (épaisseur) 14mm
Boitier (hauteur) 47mm
Boitier (matière) Acier inoxydable 316L
Mouvement Seiko NE57 (automatique)
Verre Saphir plat antireflets
Etanchéité 10ATM
Bracelet Cuir ou acier
Entrecorne 20mm
Cadran Noir, blanc ou bleu, détails rouge
Luminescence SuperLuminova (aiguilles et index)
Complication(s) Date, indicateur réserve de marche
Prix 500€

La montre

William L. 1985 nous a habitué depuis son lancement à des montres au look typé vintage, aux détails soignés et colorés, tout en restant sobre.

Cette nouvelle collection “Power Reserve” s’inscrit dans une gamme déjà bien riche, agrémentée de chronos, de 3 aiguilles, de plongeuses… Et c’est très bien puisque personnellement, j’apprécie beaucoup cette complication.

Elle est dans le haut du classement dans leur gamme de prix, puisqu’elle s’achète 500€. Un prix qui reste tout à fait convenable, vu la qualité de la bête.

Elle arbore un style à la fois vintage et un poil sportif, avec des touches de couleurs et des formes originales. C’est un design vraiment soigné et unique qui est proposé ici.

Le boitier

Au niveau des caractéristiques, ce boitier est tout à fait actuel.

Le diamètre de 40,5mm est plutôt contenu, d’autant plus que la hauteur de la montre est plutôt faible avec ses cornes d’attache très courtes. Son épaisseur de 14mm ne fait pas d’elle un exemple de finesse, mais au poignet ce n’est pas (trop) gênant.

Son revêtement est une alternance de brossé pour les flancs et poli pour la face avant. Cela donne un rendu qui est donc plutôt discret et un poil “brillant” avec cette touche chromée.

La couronne de réglage se loge à 3h, et est très facile à utiliser. Son diamètre important la rend manipulable même si on a de gros doigts. Elle est décorée du logo WL et est vissée.

L’étanchéité n’est pas en reste avec 10ATM (100 mètres) annoncés. C’est largement suffisant pour la porter au quotidien, et même pour des activités aquatiques douces.

La face avant se ferme avec un verre saphir plat, traité antireflet.
Le fond est vissé, et est décoré d’un cercle qui rappelle les heures GMT.

Si on ouvre cette Power Reserve, l’intérieur du boitier nous montrera son mouvement, qui est à remontage automatique. C’est le calibre NE57 de Seiko qui a été choisi. C’est un calibre assez onéreux, qui dispose de 29 rubis, d’un remontage manuel et automatique, d’un stop-seconde et d’un dateur. Il est aussi capable d’afficher la réserve de marche avec une aiguille centrale.

Le cadran

Même si ça peut paraitre logique, le cadran est la pièce maitresse de cette montre. Ça n’est pas toujours le cas, la preuve avec la Lip Mach 2000 par exemple.

Celui-ci est vraiment bien travaillé, surtout par rapport à la quantité d’informations qu’il indique.

On trouve sur la périphérie une lunette inclinée qui rappelle les secondes et minutes. Ensuite, on remarque un fin chemin de fer qui vient joindre les indexes horaires en forme de batons (double pour les 12h).

Puis on remarque un cerclage contrasté, qui indique la réserve de marche. Il me fait penser à une jauge de capacité (et c’est logique) avec sa teinte rouge pour indiquer une faible rdm.

A 6h se place un petit compteur qui est un indicateur de date. J’adore ce type d’affichage de date, ça change du traditionnel guichet rectangulaire, et c’est visuellement plus sexy.

Les aiguilles sont rectangulaires taillées en pointe, sauf la trotteuse qui est extrêmement fine, et l’aiguille de rdm qui est rouge et avec une pointe en feuille.

C’est un cadran très lisible, avec de bons contrastes, aussi bien sur fond blanc que noir ou bleu. Il est complet, dispose des indices visuels nécessaires et n’est pas trop chargé. Si je devais faire une critique, je parlerais peut-être du logo William L que je trouve un tantinet trop gros.

Le bracelet

Vous le savez, j’adore les bracelets en cuir. Et ça tombe bien, puisque William L habille sa Power Reserve d’un cuir très réussi.

Sur les trois versions que j’ai en main, deux sont équipées d’un cuir lisse. Noir pour le premier, bleu marine pour le deuxième. Les finitions sont excellentes, tant au niveau des coutures qu’au niveau des assemblages.

La boucle ardillon est soignée, elle affiche une silhouette un peu différente et est gravée du logo WL. Le dessous est fait d’un cuir beige très doux, parfait pour ne par irriter la peau.

J’aime beaucoup aussi les versions perforées que propose la marque, qui ajoutent une pointe de vintage / sportivité à la montre.

Mon troisième modèle est livré sur un bracelet acier “3 mailles” qui est élégant est plutôt classique. Sa qualité est irréprochable, mais en terme de style, je préfère le cuir, et c’est l’option que je vous conseille 🙂

Le packaging

Modèle : William L. 1985 Chronograph

Pas de grande nouveauté au niveau du packaging mais comme on dit : “on ne change pas une équipe qui gagne”.

William L. 1985 a été une des premières marques à me surprendre avec un packaging très réussi, surtout dans cette gamme de prix.

On a le droit ici à une joli pochette en cuir (synthétique) gris clair. Elle se ferme par une fermeture éclair et peut accueillir une montre et ses bracelets, ou deux montres.

C’est un étui réutilisable, ce qui est parfait d’après moi.

Conclusion

Pour être tout à fait clair : je ne m’attendais pas à être déçu.

J’ai testé beaucoup de William L. 1985 (d’ailleurs merci à eux) et jamais, oh non jamais je n’ai été déçu. Ils ont pour réputation (et habitude) de proposer des montres de bonne qualité sans exploser les portefeuille, et c’est une fois de plus gagné avec cette Power Reserve.

Cette nouvelle collection offre une complication utile, un poil amusante aussi, et qui donne naissance à un cadran unique, et, sur cette montre, très bien travaillé.

Malgré la grande quantité d’informations, cette montre reste lisible. Elle est agréable au poignet, facile à porter et les ajustements sont de qualité.

Certes nous ne sommes plus dans la centaine d’euros des premières montres de la marque, mais on a ici une montre raffinée, au mécanisme de qualité, le tout en restant dans un prix honnête.

Si elle vous plait faites vous plaisir, La Petite Trotteuse la valide à 100% !

Evaluation de la William L. 1985 Power Reserve
Les plus
  • Look vintage et élégant
  • Lisibilité
  • Complications utiles et bien exploitées
  • Packaging utile
  • Prix correct

 

Les moins
  • Boitier un peu trop épais
  • Logo un peu trop grand sur le cadran
Galerie photo
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Article

Depancel Pista GT - Test et avis

Related Posts