D1 Milano Skeleton Xray – test et avis

D1 Milano est une marque que vous avez déjà découvert sur La Petite Trotteuse, avec la collection “Ultrathin“, qui porte très bien son nom. 

C’est une montre que j’ai adoré tester, que je porte régulièrement, surtout quand il s’agit d’être élégamment habillé ! 

Je vous partage ici mon test de la Skeleton, la nouvelle et haut de gamme collection de la marque italienne.

D1 Milano est né en 2013, et cultive depuis une image soignée, élégante, respectueuse des traditions horlogères, mais avec un petit quelque chose en plus.

La marque s’est enrichit de plusieurs collections, et paraît désormais être bien lancée, puisque la Skeleton est un pari un poil osé. En effet, cette montre dépasse les 500€ et même les 600€, puisqu’elle est commercialisée à 630€.

C’est donc ici une montre destinée à un public prêt à dépenser une somme conséquente, mais pas autant que pour un modèle haut de gamme (Omega, Rolex, Patek…).

Avec son boitier octogonal, son cadran squelette et son bracelet métallique, que vaut cette Skeleton ? 

 

La montre

Cette Skeleton est la première collection mécanique de la marque. 

Elle s’incruste dans une gamme plutôt bien fournie, avec pas moins de 6 modèles et beaucoup de déclinaisons.

C’est une montre masculine, de par sons style massif et par ses dimensions. Avec un boitier de 41,5mm de diamètre et un poids élevé de 165 grammes, elle ne sera pas adaptée aux petits poignets “faiblards”.

Elle est déclinée en 4 coloris (noir, argent, or rose, et or jaune) et avec deux bracelets différents (métal ou gomme). Vous la découvrez ici dans sa couleur noire, baptisée “Xray”. C’est la couleur qui, pour moi, est la plus agréable à porter. L’or (rose ou jaune) est assez difficile à assumer, surtout pour une montre avec bracelet métal, et le gris est plutôt banal.

Visuellement, je lui trouve un aspect très “technique”, comme si elle était issue d’un dessin industriel brut. C’est très réussi, elle est agréable à porter, et à montrer !

 

Le boitier

La première particularité de ce boitier est d’avoir une forme octogonale (à 8 côtés pour les mathophobes) et taillé au couteau. Ses angles sont saillants, les courbes sont des droites, et au toucher elle fait très robuste.

La face supérieure du boitier est polie sur les flancs, et les cornes d’attache du bracelet sont internes à la carrure. 

On trouve un verre plat en saphir qui est, quant à lui, de forme circulaire. 

Sur les côtés, on remarque l’aspect massif et épais de la montre, mais pourtant sans excès. 

Le dessous de la montre est doté d’un verre transparent qui permet de voir le mouvement automatique qui s’y loge.

Notez que la montre est alimentée par un calibre Seiko, le SII NH70. Il assure une réserve de marche de 42h, une décoration “Côtes de Genève”, un stop-seconde (la trotteuse s’arrête pour pouvoir régler l’heure précisément), et 24 rubis, histoire que la fluidité des mouvements soit sans peine. 

 

Le cadran

Evidemment, comme vous l’avez lu dans l’introduction, le titre et le paragraphe précédent, la montre est de type “squelette”. 

C’est à dire que sur la face avant de la montre, on peut voir le mécanisme de la montre. C’est un affichage assez rare sur des montres à prix accessibles, puisqu’il force à relever des défis parfois couteux…

En effet, quand on choisi d’afficher dignement le mécanisme d’une montre, on ne peut pas faire le choix d’une version trop cheap, trop bas de gamme, puisque cela se verrait. On est d’accord : tout le monde ne le verrait pas. Mais dans l’idée qu’il existe de plus en plus de grands amateurs d’horlogerie, autant éviter de prendre des risques.

La lisibilité en souffre “forcément”, mais la montre n’est pas pour autant inutilisable. Evidemment, on a moins de détails qui permettent une lecture rapide. Il faut se contenter des indexes horaires, et… c’est tout. 

Les aiguilles (tout comme les indexes) sont de simples bâtons noirs, décorés d’un revêtement projeté, sablé. C’est très séduisant. Les reflets de lumière y sont donc discrets, mais on lit tout de même l’heure très rapidement !

Pas de dateur, pas de chrono, et pas de luminescence. Certes, en terme de complications horlogères, la Skeleton est simpliste. Mais finalement, c’est sûrement mieux. 

Si on garde à l’esprit que le prix de vente de la montre dans l’état est de 630€, alors avec les complications elle aurait atteint un sommet probablement trop haut. Ici, le cadran reste “épuré”, pas trop chargé, et lisible. D’après moi, c’est un bon choix.

 

En terme purement décoratif, on remarque une pièce métallique gris foncé qui prend place sur le fond et qui parait retracer les éléments du mécanisme.

 

Le bracelet

Comme je disais en introduction, cette montre n’est pas pensée pour les poignets très fins. En effet, son poids, son style et surtout son bracelet sont massifs, et ne passent pas inaperçus.

Le bracelet utilisé sur cette montre est métallique, avec une fermeture à boucle papillon. L’ajustement des mailles est (comme avec tous les bracelets en métal) pas si simple à faire, mais pas très compliqué non plus. Si vous n’avez pas les outils, mieux vaut vous rendre chez votre horloger le plus proche…

Les cornes d’attache sont internes au boitier, il sera donc quasi impossible de remplacer ce bracelet par un modèle “hors marque”. Evidemment, vous pourrez en acheter un nouveau chez D1 Milano si besoin.

Esthétiquement, je suis tout à fait fan de ce bracelet. Son aspect très plat, lisse, presque épuré le rend très élégant et discret.

A l’usage, je n’ai pas remarqué d’usure prématurée, ni une trop grande fragilité. Par contre il est lourd, froid le matin, et fera du bruit contre votre bureau… Mais n’est-ce pas là le charme d’un bracelet en métal ?

 

Le packaging

J’avoue avoir été assez séduit par la prestation de D1 Milano pour le packaging de cette montre. 

La Ultrathin était livrée dans une boite un peu cheap, qui ne m’avait pas tellement convaincu. Ici, la boite n’est pas tellement haut de gamme, mais elle est accueillante.

On trouve la montre placée sur un coussin ovale, lui même placé dans une boite rectangulaire. On y trouve aussi la notice, la garantie et le certificat d’authenticité. 

La montre est bien protégée, l’accueil est satisfaisant, mais… le petit bémol, selon moi, est qu’une fois de plus, c’est une boite qui ne reservira plus. 

A l’heure où l’écologie est au centre de beaucoup de discussions, je me dis qu’un packaging qui peut reservir serait un vrai atout. Par exemple ? Un étui à montre, une boite de transport, une boite que l’on peut découper et plier pour faire un présentoir… Je suis sûr qu’on peut trouver mieux !

 

Conclusion

D1 Milano était fortement attendu dans le monde des montres à prix accessibles, avec un modèle mécanique. Leurs collections précédentes étaient déjà très réussies, mais il leur manquait une gamme pour les plus “exigeants”, dotée d’un mouvement mécanique.

C’est chose faite, et c’est très bien fait. Cette Skeleton est une superbe montre.

Les ajustements sont parfaits, son poids est conséquent mais juste assez pour donner confiance, son look est très bien travaillé… Bref, un sans faute, ou presque.

Pour moi, deux choses sont à améliorer. Premièrement, la marque devrait fournir à ses clients un petit maillon pour pouvoir y adapter des bracelets qui ne sont pas issus de leur usine.

Ensuite, le packaging… Il est joli, la montre est bien protégée, mais personnellement, je trouve dommage de ne pas pousser un peu la réflexion et de proposer un packaging qui pourrait servir, et pas que pour le transport.

Ce sont deux petits points noirs qui n’entachent que très peu mon avis.

Son prix est élevé, certes, mais d’après moi il se justifie par différents points. Le look, original, jamais vu, et entièrement créé par la marque. Ils doivent usiner leurs propres pièces, il ne peuvent pas se servir chez les fabricants dans des composants “déjà faits”, et ça, ça coûte cher. Ensuite le mouvement : il est joli et de qualité. Tout à un prix !

Et vous, que pensez vous de cette montre ?

 

Acheter la D1 Milano Skeleton ici (630€)

Les plus
  • Look très réussi
  • Qualité des assemblages irréprochable
  • Bonne lisibilité malgré le fond squelette
  • Mouvement automatique de qualité
  • Choix des couleurs

 

Les moins
  • La marque limite le choix des bracelets à leurs propres modèles, puisque le système d’attache leur est propriétaire
  • Le packaging aurait pu être plus utile…

BOITIER
Diamètre : 41,5mm.
Epaisseur : 11mm.
Matière : acier inoxydable 316L.
Verre : saphir plat.
Etanchéité : 5ATM (50m).
CADRAN
Couleur du cadran : noir squelette.
Affichage : analogique.
Luminescence : -.
Complication : fond squelette.
BRACELET
Matière du bracelet : métal.
Largeur du bracelet : -.
Type : boucle papillon.
Couleur du bracelet : noir.
MOUVEMENT
Type de mouvement : automatique.
Marque : Seiko NH70.

 


Galerie photo :

Total
6
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Article

James & Muriel Timekeeper - test et avis

Next Article

Paire & Fils, c'est le pied

Related Posts