William L. 1985 New Chronograph : test et avis

William L. 1985 est une marque qui a toute sa place sur La Petite Trotteuse.

La promesse originale est simple. Une montre de qualité à petit prix. Ajoutez à cela une communication en toute transparence (notamment sur l’origine des composants), un “Made in China” assumé et un succès retentissant (plus de 140000 abonnés sur Facebook et de très bon avis), la marque de Guillaume Laidet sort un nouveau modèle, la New Chronograph.

Après les tests de la Date, de la Diver et de la GMTj’ai l’honneur d’avoir eu une fois de plus la confiance de la marque.

Vous avez été nombreux à me demander le test de ce modèle, et le voici ! J’ai opté pour une version “Panda” avec le fond blanc et les cadrans noirs. 

Pour rappel (si vous n’avez pas lu les autres tests), William L. 1985 est une marque lancée par Guillaume Laidet, avec un premier modèle (largement) financé sur Kickstarter. L’idée lui vient d’une montre héritée de son grand oncle, un chrono vintage haut de gamme, mais cher à entretenir.

 

La montre

William L. 1985 affiche désormais beaucoup de collections différentes, avec des versions mécaniques et quartz. Les gammes de prix s’étendent de 159€ à 839€ pour la version chrono automatique.

La version “New Chronograph” que vous découvrez ici est vendue 189€, soit un prix plutôt bas par rapport à la concurrence. 

La quête de qualité est toujours aussi présente, avec des caractéristiques actuelles, suffisantes pour garantir un très bon rapport qualité prix. 

Le plus grand talent de la marque n’est pas l’originalité. Ce n’est pas un reproche, c’est un simple constat. Alors que certains constructeurs se lancent dans des paris parfois très osés (comme Xeric par exemple), William L. préfère remettre au goût du jour des styles traditionnels, en leur ajoutant une bonne dose de fraicheur.

La New Chrono reprend les codes des chronographes que tout le monde connait, avec deux petits cadrans pour la mesure du temps, et un style à la fois sportif et élégant.

Elle est déclinée dans plusieurs coloris de cadrans, avec du blanc, noir, bleu, et gris foncé. Comme d’habitude avec WL, vous aurez le choix entre beaucoup de déclinaisons de bracelets. Je vous invite à les découvrir directement sur le site.

 

Le boitier

En terme de caractéristiques, le boitier est plutôt standard.

Un diamètre de 40mm, une épaisseur de 13,1mm, et un poids plume de [XX]grammes. Le verre est un verre minéral bombé traité anti-reflet, l’étanchéité est de 5ATM.

Au niveau des revêtements, on a une belle alternance entre polissage et brossage, ce qui lui procure son aspect chic et élégant.

Sur le côté droit on trouve la couronne de réglage, sobrement décorée du logo William L, ainsi que les deux boutons poussoirs du chrono. Les ajustements sont (comme toujours avec William L) très propres et justes, surtout quand on prend en compte le prix. 

Honnêtement, j’ai du mal à percevoir une différence de qualité entre cette montre à 189€ et un équivalent à 300 ou 400€ d’une autre marque.

Le dessous de la montre est simple, gravé des mentions habituelles (marque, étanchéité, origine du mouvement) et il est vissé.

C’est un modèle alimenté par un mouvement à quartz, c’est le calibre 6S21 du fabricant japonais Miyota qui a été choisi. C’est une valeur sûre, reconnue comme étant fiable, et précis. 

 

Le cadran

Comme mentionné en introduction, j’ai opté pour une version “Panda” de la New Chronograph. Ce format d’affichage est très connu, et il est souvent mentionné comme une référence. 

Le principe est simple et il porte bien son nom : on trouve un fond blanc, et les deux compteurs du chrono sont noirs, exactement comme les yeux d’un panda. 

Comme sur le modèle Date, le rendu est traditionnel, lisible, et les éléments ont tous une place cohérente.

Sur tout le contour on trouve un affichage de tachymètre, puis de télémètre. Ces deux informations, bien qu’elles puissent être utilisées, sont plutôt ici à des fins décoratives. 

On trouve ensuite des indexes bâtons en relief, parfaits pour garantir une bonne lisibilité. Les aiguilles rectangulaires sont luminescentes et sont très lisibles. En effet, leur différence de taille est suffisante pour qu’on puisse lire l’heure instantanément. 

La trotteuse du chrono prend la forme d’un long trait très fin, discret et précis. La trotteuse de l’heure est dans le petit compteur placé à 3h. 

Le logo et le rappel de l’étanchéité sont placés au centre de la montre, à 12h et 6h.

On a donc un cadran à la fois traditionnel et très lisible, lumineux et aux ajustements parfaits. Même à la loupe, on observe aucune trace de colle, aucun décalage dans les placements des différents composants.

 

Le bracelet

William L. 1985 a choisi d’équiper cette nouvelle collection avec un bracelet en cuir ou en acier, avec (comme à chaque fois), beaucoup de choix. 

J’ai opté pour un cuir de buffle noir, que je trouve parfaitement adapté au cadran panda et au côté chic de la montre. Je ne suis pas persuadé que le cuir soit véritable (d’autant que le site ne le mentionne pas) mais la qualité perçue est au rendez-vous. Et toujours dans une démarche de pouvoir proposer une montre pas chère, il est logique que le cuir soit une imitation !

Le confort est très correct, le bracelet est souple et il s’ajuste très bien au poignet grâce aux nombreuses perforations et à la boucle ardillon. Celle-ci est polie, et gravée du logo WL.

William L a opté pour un système “easy bars” qui permet d’ôter et de remettre le bracelet très rapidement. Ces pompes rapides sont disponibles sur tous les bracelets commercialisés par la marque.

 

Le packaging

Comme à son habitude, William L. 1985 envoie sa montre dans un superbe étui en cuir gris. 

Cet étui se ferme avec une fermeture éclair et permet d’y stocker une montre ainsi que deux bracelets. Si on est audacieux, on peut même y stocker 3 montres !

C’est un packaging à la fois utile, esthétique et soigné, donc un grand bravo. 

Dommage toutefois (attention, rien de grave) que les étuis soient toujours de la même couleur. Peut-être que WL pourrait en proposer des noirs ou marrons, de façon à conquérir encore plus de monde (et surtout moi 😀 )

 

Conclusion

Même si William L. 1985 ne révolutionne pas le monde de l’horlogerie avec ce nouveau modèle, la New Chronograph est un choix intelligent. Elle est simple, très lisible, jolie, et confortable. 

Pour les puristes des mouvements mécaniques, certes, elle ne fera pas l’affaire… Mais ils pourront se diriger vers sa version automatique !

C’est une montre très appréciable, qui offre un rendu très séduisant. Elle se portera sans aucun problème au quotidien, tantôt associée à une tenue décontractée qu’à un costume élégant. La qualité des assemblages est toujours remarquable…

Bref, la New Chronograph est une belle et bonne montre, destinée à un public souhaitant se faire plaisir sans devoir emprunter à la banque.

Si vous souhaitez vous faire plaisir avec un joli chrono intemporel, je ne saurais que vous la conseiller !

 

Acheter la William L. 1985 New Chronograph ici (189€)

Les plus
  • Elegante et sportive
  • Qualité des assemblages
  • Prix très correct
  • Packaging séduisant et utile
  • Excellente lisibilité

 

Les moins
  • Un étui d’une autre couleur, histoire de changer un peu ? 🙂

BOITIER
Diamètre : 40mm.
Epaisseur : 13,1mm.
Matière : acier inoxydable 316L.
Verre : minéral bombé.
Etanchéité : 5ATM (50m).
CADRAN
Couleur du cadran : Panda (noir et blanc).
Affichage : analogique.
Luminescence : aiguilles.
Complication : chrono, petite seconde.
BRACELET
Matière du bracelet : cuir.
Largeur du bracelet : 20mm.
Type : boucle ardillon.
Couleur du bracelet : noir.
MOUVEMENT
Type de mouvement : quartz.
Marque : Miyota 6S21.

 


Galerie photo :

Total
118
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Article

Beaubleu Union

Next Article

Neucarl Sept Mai - en promo grâce à La Petite Trotteuse

Related Posts