Test : William L. 1985 date, un symbole de la classe

Vous le savez, je suis un fan de montres. Je les aime élégantes, déjantées, originales, sobres, classiques… Bref, pas de jalousie.

Mais là où mon coeur bât encore plus vite, c’est pour les modèles vintages.

Grande tendance du moment, le vintage est exploité par beaucoup de marques. Ce principe de faire du neuf avec “du vieux” est particulièrement en vogue en ce moment.

Peut être simplement parce que nous vivons dans une société qui évolue tellement vite, que, de temps en temps, on aime avoir un petit morceau d’histoire sur soi, à son poignet.

C’est pour cela que William L. 1985 était une évidence.

La jeune marque au succès impressionnant présente plusieurs modèles, dont un modèle date. Je vous propose de le découvrir dans ce dossier.

 

La marque, l’histoire d’un jeune homme motivé

logo

La Petite Trotteuse (et plus précisément moi, Vivien) aime les marques qui ont une histoire. Les grandes fabriques industrielles proposent aussi de bonnes choses, mais sont d’après moi dénuées de ce petit côté “vivant” que l’on peut avoir avec des marques telles que Briston, Aark, et bien sûr William L. 1985.

A l’origine de cette marque, on trouve Guillaume Laidet, un jeune homme qui a eu la chance de travailler pendant quelques années dans deux des plus belles manufactures horlogères suisses (Zenith, Jaeger-LeCoultre).

Son idée lui est venue suite à un héritage de son arrière grand oncle, d’un chronographe des années 50. Après l’avoir restauré, beaucoup de ses proches lui faisaient remarquer la beauté du bijou, et lui en demandaient souvent l’origine.
Malheureusement, les véritables chronographes du milieu du 20ème siècle sont plutôt chers, souvent usés, et coûteux à restaurer. Et c’est justement à ce moment que Guillaume a eu l’idée de ressusciter l’esprit de ce chrono ancien.

Plutôt que de cacher les techniques de fabrication, Guillaume Laidet choisi de la jouer franc jeu, et c’est certainement ça qui a plus aux nombreux clients de précommandes.

L’entreprise qu’est devenue William L. 1985 a été lancée sur la plateforme de financement participatif Kickstarter. Ce genre d’outil est excellent quand on a une bonne idée, ce qui était le cas ici. Après avoir récolté 191961€ (vous avez bien lu), le projet a pu être lancé. Surtout qu’avec l’excellente publicité dont il a profité, notamment sur GQ ou BFM TV, il n’était plus très difficile de se mettre en avant.

Le nom de la marque vient simplement de la traduction anglaise de Guillaume (en langue étrangère, “Guillaume” est difficile à prononcer), de la première lettre de son nom de famille, et de son année de naissance.

Dépenser 1000€ pour une montre est pour certains démesuré, et c’est ce que l’entrepreneur a voulu éviter. C’est pour cela qu’il propose une gamme qui débute à 149€, un prix tout à fait accessible, surtout quand on voit la qualité de la réalisation.

La question du “Made in France” a été posée, mais les difficultés pour l’approvisionnement et la production l’ont conduit vers une fabrication en Asie. Cette particularité est assumée, puisque que pour proposer une montre de cette qualité et à ce prix, il fallait forcément se diriger vers la Chine.

Notez d’ailleurs qu’une très grosse partie (60%) des montres sont fabriquées à Shenzhen ou Hong Kong (en Chine) et sont ensuite assemblées en France ou en Suisse, puis dorées du blason “Made in France” ou “Swiss Watch”. Attention donc à ne pas se laisser avoir sur ce point…

Quand on remarque que le succès est plus qu’au rendez-vous (présence chez Colette, nombreuses ventes…) on se dit que quand même, elle doit être vraiment bien cette montre…

 

La montre

William_L_1985-LaPetiteTrotteuse-9674

 

Le talent de Guillaume Laidet est certainement d’avoir pu lancer sa marque avec une collection complète et variée, ajustée pour tous les goûts.

L’avantage, c’est qu’à peine présentées, les montres ont connu un succès terrible. Il a d’ailleurs explosé le compteur de sa campagne Kickstarter, ce qui lui a permis de lancer d’autres modèles, notamment un automatique.

Le modèle que je possède fait partie la collection “Date”, simplement parce que la complication (unique) de la montre est d’afficher la date. C’est bien joué, puisqu’on a l’impression de porter un chrono, mais qui n’en est pas un.

Bien joué pourquoi ? Simplement parce que l’outil à proprement parlé d’un chronographe, finalement, ça ne sert pas à grand chose. Ce qu’on va rechercher sur de telles montres, c’est le style qu’elles apportent. La présence de petits cadrans et des boutons poussoirs notamment.

Ici, avec ce modèle date, si on ne regarde pas de tout près, on a clairement l’impression d’avoir un chronomètre dans les mains. C’est bien joué et malin, puisque le mouvement est légèrement moins cher quand il n’affiche “que” l’heure et la date.

Ceci lui a aussi permis de proposer directement un second modèle, la Chrono, qui affiche aussi la date. Rusé et malin on vous dit…

Elle a des caractéristiques haut de gamme, avec notamment un mouvement à quartz Japonais, et un assemblage de qualité.




 

Le boitier

Mon modèle de la William L. 1985 Date utilise un boitier gris argenté, brillant mais pas clinquant. Il est réalisé en acier inoxydable 316L, qui permet d’assurer une excellente durée de vie, et d’être hypoallergénique.

Le boitier mesure 40mm de diamètre, et est brossé sur les tranches et entre les cornes. Quant à la lunette (le disque qui maintient le verre) elle est chromée.

Un joli mélange qui renforce son côté rétro.

Là où c’est vraiment sympa et plus rare, c’est au niveau du verre. Beaucoup de marques utilisent maintenant le saphir ou le minéral durci qui sont particulièrement appréciés puisqu’ils sont presque inrayables.

Le verre est dômé (bombé), et même “double dômé”. C’est un gros avantage, qui s’explique simplement.
Les verres bombés créent un effet loupe : quand vous regardez la montre sur le côté, le cadran est complètement déformé, et il est très compliqué de lire l’heure.

“Suffit de tourner le poignet” me direz-vous ! Oui, mais non… Moi, je suis fainéant 🙂

 

Le cadran

William_L_1985-LaPetiteTrotteuse-9691

Le cadran ne détonne pas avec le reste. Il est très sobre, élégant, et c’est un beau rappel des codes de l’horlogerie traditionnelle.

Les détails sont particulièrement soignés, en particulier au niveau des couleurs.
Les indexes sont en chiffres arabes assez grands, disposés de façon à ne pas couper les petits compteurs de date.

Certains constructeurs font le choix de rogner sur les indexes, William L. 1985 choisit de n’afficher que ceux qui profitent d’assez d’espace.

Le fond est en noir mat, il ne reflète pas la lumière et c’est bien ainsi. En plein soleil, la lecture de l’heure est aisée, pas besoin de froncer les sourcils.

Le léger liseré rouge foncé tout autour des graduations de 5min ajoute un petit côté “sport”, à un ensemble classique et chic. C’est ce petit disque rouge qui permet aussi de ne pas avoir une montre en nuances de gris, et d’apporter un peu de chaleur à l’ensemble.

Les aiguilles de l’heure et de la minute sont en pointe piquante, ce qui permet de lire très facilement et rapidement l’heure. Ces aiguilles sont d’ailleurs recouvertes d’une substance luminescente, le Super-luminova.

Les petits compteurs sont pourvus d’aiguilles en pointe, alors que le compteur du jour de la semaine a une aiguille en flèche. Petite originalité !

Le cadran est donc très joli, travaillé, et rappelle bien qu’on a affaire à une montre vintage.

 

Le bracelet

Mon modèle est pourvu d’un bracelet noir, en cuir d’alligator. Je ne sais pas si c’est du brai, mais peu importe, l’effet est au rendez-vous.

Le bracelet est un peu rigide au début (comme sur la Seiko Chrono que j’ai testé ici) mais s’assouplit à la longue. Malgré sa rigidité, il est facile à ajuster et très confortable. Il mesure 20mm de largeur, une taille standard qui vous permettra, si vous le souhaitez, de le remplacer facilement.

L’avantage de ce bracelet, c’est qu’il est muni du système “easy bar”. Ce système remplace les pompes classiques par des pompes rapides, qui vous permettront de changer de bracelet en un éclair.

On a ainsi un bracelet vraiment interchangeable.

Le dessous est recouvert d’un fin cuir doux, certainement du cuir retourné, ce qui renforce son confort.




 

Le mouvement

Guillaume Laidet a fait le choix pour son modèle à quartz d’utiliser le savoir-faire du géant japonais Seiko.

C’est une sage décision, puisque la maison horlogère Seiko a une très forte expérience dans le domaine, et est largement apte à proposer du matériel de qualité.

Autre avantage, ce mécanisme, le VX9J, affiche la date grâce à 3 petits compteurs.

Un bon mouvement sans prétention, parfait pour alimenter cette montre que l’on choisira plus pour son design que sa mécanique…

 

Le packaging

William_L_1985-LaPetiteTrotteuse-9702

Comme je dis toujours, le packaging se doit avant tout d’être efficace pour le transport de votre tocante.

Par contre, ici, le packaging a un tout autre intérêt…

La montre est livrée dans une boîte sobre et discrète en carton, mais pas que. Cette boîte renferme une petite pochette en cuir, qui vous permettra d’emmener vos montres favorites (elle peut accueillir 3 montres) partout avec vous.

Réalisée dans un cuir gris, elle est tamponnée du logo William L. 1985 et ferme avec une fermeture éclair.

Son intérieur est en tissus type velour beige, très doux, qui ne rayera pas vos précieuses montres.

Jolie idée, très efficace et maline… En effet, que vous y rangiez une Seiko, une Briston ou une Rollex, le logo William L. 1985 vous rappellera toujours d’où vient cette bonne idée…

 

En bref, pour conclure

Guillaume Laidet propose pour sa marque William L. 1985, d’excellentes montre. Mon modèle, la version date, en fait partie.

C’est un très soigneux assemblage de couleurs élégantes, et avec des matériaux dignes de figurer dans une classe haut de gamme.
En jouant franc jeu, Guillaume Laidet rassure. Sa présence dans des médias de “haut niveau” vous permettra aussi de vous conforter dans un éventuel achat.

Une fois au poignet, elle prend tout son sens. Elle se révèle très agréable à porter, facile à associer avec toutes les tenues, toujours très élégante mais discrète.

Mais, le plus gros atout de cette montre c’est sans doute son prix… Commercialisé à 149€, le modèle date est un des meilleurs rapports qualité / prix pour ce genre de montre.

Il sera difficile de trouver meilleur compromis en terme de montre réellement vintage, ronde, et avec un bracelet en cuir.

Vous pouvez y aller les yeux fermés, vous ne serez pas déçu.

Je finirais avec un simple mot : Monsieur Laidet, votre arrière grand oncle aurait été fier de vous !

 

Vous pouvez vous la procurer ici !

Les plus Les moins
  • Look
  • Une vraie montre vintage
  • Bracelet avec pompes rapides
  • Caractéristiques haut de gamme
  • Une excellente montre pour tous les jours
  • Packaging
  • Rapport qualité prix terriblement intéressant
  • Peut être qu’un peu plus de diversité dans le choix des bracelets serait utile ? Et encore…

boitier
BOITIER
cadran
CADRAN
Taille : 40mm. Epaisseur : 10mm.
Matière : acier inoxydable 316L.
Verre : minéral durci double dôme.
Etanchéité : 5ATM.
Couleur du cadran : Noir, indexes argentés.
Affichage : analogique.
Complication : dateur.
bracelet
BRACELET
mecanisme
MOUVEMENT
Matière du bracelet : cuir alligator.
Largeur du bracelet : 20mm.
Type : boucle ardillon.
Couleur du bracelet : Noir.
Type de mouvement : quartz.
Marque : Seiko VX9J.




Galerie photo :

[image_gallery images=”5707:https://lapetitetrotteuse.com/wp-content/uploads/2016/09/William_L_1985-LaPetiteTrotteuse-9662.jpg,5708:https://lapetitetrotteuse.com/wp-content/uploads/2016/09/William_L_1985-LaPetiteTrotteuse-9667.jpg,5709:https://lapetitetrotteuse.com/wp-content/uploads/2016/09/William_L_1985-LaPetiteTrotteuse-9674.jpg,5710:https://lapetitetrotteuse.com/wp-content/uploads/2016/09/William_L_1985-LaPetiteTrotteuse-9678.jpg,5711:https://lapetitetrotteuse.com/wp-content/uploads/2016/09/William_L_1985-LaPetiteTrotteuse-9687.jpg,5712:https://lapetitetrotteuse.com/wp-content/uploads/2016/09/William_L_1985-LaPetiteTrotteuse-9689.jpg,5713:https://lapetitetrotteuse.com/wp-content/uploads/2016/09/William_L_1985-LaPetiteTrotteuse-9691.jpg,5714:https://lapetitetrotteuse.com/wp-content/uploads/2016/09/William_L_1985-LaPetiteTrotteuse-9695.jpg,5715:https://lapetitetrotteuse.com/wp-content/uploads/2016/09/William_L_1985-LaPetiteTrotteuse-9697.jpg,5716:https://lapetitetrotteuse.com/wp-content/uploads/2016/09/William_L_1985-LaPetiteTrotteuse-9702.jpg,” ][/image_gallery]

 

Total
4
Shares
8 comments
  1. Bonjour. La montre dans la main en bois est elle la même que celle de l’article ? Elle paraît bleue nuit et ressort plus joliment que sur les autres photos. Merci

    1. Bonjour Nicolas !

      Oui, c’est exactement la même 🙂 En fait le fond du cadran varie suivant les lumières qu’il reçoit. Avec une forte lumière blanche, il ressort plutôt bleuté, et est presque noir quand il ne reçoit pas une grande luminosité.
      Je pense que c’est aussi dû au verre saphir utilisé.

      J’espère avoir apporté lumière à votre question 😉

  2. Je viens de m’offrir le modèle couleur or bracelet cuir marron……. je possède 2 rolex une oris et une omega !!! je suis bleuffé par la qualité de cette montre franchement une beauté à faire palir les plus grandes marques. Seule la trotteuse qui saute (quartz) et le poids léger pourrait dénoter ,mais la je chipote ! merci c’est une beauté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Article

Meshable Watch

Next Article

Uniform Wares C41

Related Posts