Découverte de Sevenfriday

Lorsque j’ai été contacté par Fabien, représentant de la marque Sevenfriday, j’ai été très agréablement surpris.

Sevenfriday (7F) est une marque que je connais depuis des années, et qui m’a longtemps fait rêver à travers les vitrines des boutiques spécialisées.

C’est une marque à part entière, décalée, qui ne fait pas comme tout le monde. Cela se voit très rapidement ! Un style atypique, des formes pas banales, et une véritable atmosphère, une sorte de style de vie qui s’en dégage.

En effet, 7F est une marque qui n’est pas pensée pour plaire à tout le monde. Je l’ai remarqué dans les partages Facebook et Instagram : les réactions sont très tranchées. Ou on adore, ou on déteste.

Je vous propose dans cet article de découvrir la marque à travers – non pas une, mais – 5 montres. J’ai eu la chance de les recevoir pour les tester, et, comme d’habitude, je ne suis pas rémunéré pour en dire du bien. Je vous livre ici mon avis !

 

La marque

Sevenfriday est créé en 2012 par Daniel NIEDERER. C’est à Zurich, en Suisse, qu’elle voit le jour, avec pour volonté de construire autre chose qu’une montre. 

7F est un style de vie qui est proposé à ses porteurs, qui est simple : vivre chaque jour comme s’il était vendredi (Seven Friday, sept vendredis). Bien que l’idée soit un peu “décalée”, elle est totalement assumée.

L’ascension est rapide et la marque se retrouve propulsée sur le devant de la scène asiatique, et conquis instantanément le coeur de la jeune population asiatique. Pourtant, la marque n’a jamais fait de publicité et n’a jamais utilisé la visibilité d’un ambassadeur, comme le font les marques plus “grand public”.

La première collection annonce immédiatement la patte stylistique de la marque : la série P est la Première à arborer ce design carré, ce cadran chargé aux aiguilles alimentées par un mouvement automatique, et à l’aspect très industriel.

Les différentes collections de la marque sont (jusque là?) pensées pour les poignets masculins, pour ceux qui souhaitent s’offrir une montre qui sort des sentiers battus. C’est réussi, puisque la marque est aujourd’hui présente dans plus de 80 pays.

Anecdote personnelle : en allant en Chine (Shanghai et Pékin), je n’ai jamais vu une marque de montre aussi présente. Les boutiques qui affichent le logo Sevenfriday sont nombreuses, preuve que le succès est au rendez-vous !

En bref : Sevenfriday P, T, S, M
Boitier45mm / 47mm
Epaisseur14mm
MouvementSeiko NH70 et Miyota
VerreMinéral K1
Etanchéité3ATM
BraceletCuir, Silicone, Métal
Entrecorne26mm
CadranDivers
Complication(s)Squelette
Prixà partir de 850€

Les montres

Ici, vous découvrez 5 montres différentes :

La Série P (P1B/01M) La série T (T3/01) La série T (T3/02) La série S (S2/01) La série M (M2/02)

Comme les caractéristiques techniques sont sensiblement identiques entre chaque modèle, je ne vais pas les décrire individuellement, mais plutôt “en groupe”. 

Notez que la version “P” que j’ai eu dispose d’un bracelet en métal. Puisque ce n’est pas la mienne, j’ai décidé de ne pas l’ajuster à mon poignet, donc vous ne verrez pas de photo dans cette situation.

Je compte sur vous pour remarquer les différences purement visuelles 🙂

Ces montres sont vendues à des prix différents, entre 850€ (pour la T3/01) et 1386€ (pour la M2/02). Les différences de prix s’expliquent par des différences de gabarit (les T sont plus petites) et de complexité. La M dispose en effet d’un design particulier, probablement plus couteux à produire.

On remarque une silhouette et un style communs entre chacun des modèles, c’est l’ADN Sevenfriday. 

Un boitier carré, un cadran chargé de minuscules détails, et un bracelet loin des standards.

La série P est la première montre Sevenfriday, c’est donc celle qui “souffre” le plus de son design. Malgré ses 8 ans, je ne trouve pas qu’elle paraisse démodée. On remarque une belle progression avec les derniers modèles (les T), mais c’est en finesse que cela se joue.

 

Les boitiers

Chaque montre Sevenfriday est différente. Vous ne trouverez pas deux modèles avec un choix de couleur exactement identique, ou un cadran ayant la même structuration des éléments.

Ici, les séries P, S et M ont des boitiers de 47mm de diamètre. C’est un gabarit important qui rend ces montres massives et lourdes, surtout sur les poignets les plus fins. Je ne critique pas ces dimensions, puisque, comme on dit, chacun ses goûts ! 

C’est un peu ça l’idée de Sevenfriday :

en faire pour tout le monde ! Vous n’aimez pas ? Passez votre chemin, et optez pour une autre marque 🙂

La série T est plus compacte avec (seulement) 45mm de diamètre. Et mine de rien, ces 2 mm de différence se remarquent très vite. Même sur mes photos, on observe une belle différence de gabarit, qui est, d’après moi, la bienvenue.

Finalement, le grand format de ces montres s’apprécie. Au poignet, on a pas l’impression d’avoir une horloge, mais plutôt une belle montre, qui veut se faire voir, qui veut qu’on la découvre. 

Cependant, je dois bien avouer que sous une manche de pull ou de chemise, ce gabarit est imposant, un poil trop. Je pense qu’une version plus compacte (40mm par exemple) et plus fine serait un bon moyen d’atteindre un public plus large.

Sur les côtés du boitier, on trouve un revêtement mat, décoré d’une petite rainure, ou d’une plaque gravée sur la série M. 

Les couronnes de réglage sont décorées du logo 7F et colorées pour la version T. Elles sont facile à utiliser et pour autant pas trop proéminentes. Du bon travail d’ergonomie !

L’arrière du boitier est décoré des informations de la montre, et on en trouve bien plus que sur la plupart des tocantes ! On trouve les dimensions du boitier, son étanchéité illustrée par un petit pictogramme, et une carte indiquant la provenance des différents composants.

Pour les versions les plus modernes, les montres possèdent une puce NFC qui permet, par un simple contact sur un Smartphone compatible, d’authentifier la montre et d’activer la garantie.

Les boitiers sont fermés par un verre en minéral K1. Il est connu pour être très résistant, tout en étant moins durable qu’un verre saphir.

 

Les cadrans

Chaque montre a un cadran très différent, très travaillé, et tout autant décalé. On est loin des formes d’aiguilles classiques,  et des indexes horaires que l’on voit partout.

Sur les P, le cadran est le plus sage. Les couleurs sont neutres, et les décorations sont quasiment toutes fonctionnelles. On aperçoit aussi le coeur du mouvement automatique. 

Sur les T, la décoration est plus colorée. La T3/02 rend hommage aux aéroports, avec la présence du picto avion, du quai à 7h, et du 16:00 à 4h. Les petits clins d’oeil sont très réussis et permettent de donner un rendu coloré et plus jeune à la montre.

La T3/01 est plus discrète, avec un cadran sombre décoré de détails rouges. Les aiguilles ont une forme atypique, et permettent une lecture rapide et précise de l’heure. Il faut un peu de temps pour s’y habituer, puisque les repères différent un peu.

La série S est la plus typée “industriel”, et elle me fait penser à l’univers du jeu BioShock (pour les connaisseurs, je parle du 1er). Les couleurs métalliques sont très bien choisies, et lui donnent un look élégant et habillé, tout en restant original et sportif.

La série M porte cette lettre puisqu’on retrouve la silhouette d’un M formé par les deux parties en couleur or rose. La lecture de l’heure est ici très différente, mais finalement agréable. Il faut aussi un peu de temps pour s’y faire, mais on y prend vite goût.

Pour résumer, les cadrans de ces 7F sont très variés, les détails sont tous intéressants, et on peut remarque que quand Sevenfriday veut illustrer une idée, elle le fait jusqu’au bout. J’ai même entendu parler d’un hommage aux… tronçonneuses ! Rien que ça.

 

Les bracelets

Sevenfriday propose tout type de bracelets avec ses montres. L’entrecorne est commune, avec une largeur de 26mm. Vous pourrez donc opter pour d’autres bracelets, histoire de changer quand vous le souhaitez.

Les versions cuir sont très réussies, avec une belle matière et un toucher très agréable. Les coutures sont soignées et les collages excellents. Les boucles ardillon sont bien taillées, et décorées d’un liseré en leur centre. 

Le bracelet métallique est lui aussi de bonne qualité, mais le poids est beaucoup trop important. Le boitier étant déjà massif, le bracelet étant lui aussi lourd, la montre est finalement difficile à porter. Peut-être que mon poignet est trop frêle, mais je pense que je ne serais pas le seul toucher.

Le bracelet silicone (sur la T3/02) est un des plus jolis que j’ai eu l’occasion de voir. La qualité et le confort sont irréprochables.

 

Le mouvement

Sevenfriday ne fabrique que des montres alimentées par des mécanismes automatiques, et ce sont les fabricants Seiko et Miyota qui ont été sélectionnés.

Pour Seiko, c’est le calibre NH70 qui est choisi. Pour Miyota, c’est les calibres 82S5, 8215.

Certains critiqueront le choix de mouvements japonais et non suisses, mais personnellement, je n’y vois pas d’inconvénient. Certes, un mécanisme Sellita ou ETA aurait été un plus, mais il aurait aussi probablement fait augmenter le prix, et pas obligatoirement la qualité.

La réserve de marche est d’une quarantaine d’heures, et ces mouvements sont connus pour être des “tracteurs”, synonymes de robustesse et de fiabilité.

 

Le packaging

J’ai reçu les montres sans leur packaging d’origine, donc je n’y apporterais pas de jugement.

Toutefois, on remarque sur les photos de la marque que les montres sont livrées dans un coffret en bois plutôt qualitatif et séduisant !

 

Conclusion

Sevenfriday est une marque populaire, dont la signature visuelle est remarquable.

Les montres qu’elle produit ne sont pas des exemples de discrétion, mais plutôt une expérience. Sevenfriday a d’ailleurs ouvert des boutiques qui sont de véritables espaces d’échange, avec un bar, des canapés, et évidemment, quelques montres.

Les prix de vente ne sont ni bas, ni haut. On se situe dans un budget “accessible”, et pour certains les guillemets auront leur importance. Personnellement, si j’avais le budget, je pourrais craquer sans problème.

La qualité est bel et bien présente, les composants sont bien choisis, et le design est très réussi. Chaque modèle a ses caractéristiques, ses couleurs, et en devient un modèle unique.

Notez que Sevenfriday est une marque qui a l’audace de ne pas venter un faux “Swiss Made”, alors que beaucoup de constructeurs l’auraient fait. 

C’est une bien jolie découverte, qui, je l’espère, aura su vous intéresser.

D’ailleurs, je profite de cet article pour vous “teaser” un peu une belle nouveauté qui va sortir le 14 Juillet… Je ne peux pas trop en dire, je peux simplement vous montrer ces deux clichés. Pour le reste, il faut patienter !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Visiter la boutique Sevenfriday (à partir de 850€)

Les plus
  • Design unique et très réussi
  • Qualité des assemblages et des matériaux
  • Cadrans uniques et lisibles
  • Qualité des bracelets

 

Les moins
  • Boitiers trop imposants pour beaucoup de monde
  • Un verre saphir aurait été un plus
  • Je pense que dans cette gamme de prix, on pourrait attendre un mécanisme suisse (?)

BOITIER
Diamètre : 45mm et 47mm.
Epaisseur : 12.95mm et 14mm.
Matière : acier inoxydable 316L.
Verre : minéral K1 plat.
Etanchéité : 3ATM (30m).
CADRAN
Couleur du cadran : variée.
Affichage : analogique.
Luminescence : variée.
Complication : fond squelette.
BRACELET
Matière du bracelet : cuir, métal et silicone.
Largeur du bracelet : 26mm.
Type : boucle papillon pour le métal, boucle ardillon pour les autres.
Couleur du bracelet : variée.
MOUVEMENT
Type de mouvement : automatique.
Marque : Seiko NH70 et Miyota.

 


Galerie photo :

Total
2
Shares
2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Article

Du nouveau chez Yema !

Next Article

CODE41 X41 - Test et avis

Related Posts