Test : D1 Milano Ultrathin

Les règles qui définissent ce qu’est une montre élégante sont variées et dépendent de la personne à qui vous posez la question. Mais les adjectifs qui qualifient cette D1 Milano sont probablement ceux qui reviendront le plus souvent : épuré, fin, une taille compacte, et sans complications.

Dario Spallone l’a bien compris, en créant D1 Milano en 2013 avec un modèle jusqu’à aujourd’hui toujours en vente, la Monochrome.

La marque utilise la forme tant appréciée des marques horlogères haut de gamme, l’octogone. Elle met aussi en avant un affichage simple et concis, dénué de complications horlogères mais très soigné au niveau des détails.

C’est tout récemment que la marque s’est lancée le pari de proposer une collection extrêmement fine, la « Ultrathin ». Avouez que le nom est bien trouvé…

La vidéo arrive bientôt.

 

La marque

Comme cité en introduction, D1 Milano est une marque lancée en 2013 avec un certain Dario Spallone à sa tête.

Dario est un jeune entrepreneur de 25 ans qui souhaitait vivre son rêve de créer sa montre.

C’est un pari plutôt réussi puisqu’il arrive aujourd’hui à être présent sur les boutiques les plus populaires, et à cultiver une image de marque à la fois soignée, forte, et esthétique.

Même si son nom est à consonance italienne, la marque est basée à Dubai et Hong-Kong et est distribuée dans plus de 28 pays. D1 Milano propose aujourd’hui à son catalogue plusieurs collections, pour homme et femme.

Les montres qu’elle vend sont à la fois originales et très classiques, et à chaque fois dotées d’une pointe d’élégance très caractéristique.

 

La montre

La gamme Ultra Thin est une dernière née, et mets en avant une impressionnante finesse de boitier.

Même si ce n’est pas forcément l’un des principaux arguments lors de l’achat d’une montre, la finesse est un critère bien particulier, et qui est surtout rarement exploité par les constructeurs.

J’imagine que la plupart des constructeurs font l’impasse sur une finesse extrême au profit d’une bonne « technique » et d’un design soigné. C’est un choix culotté et justifié, que D1 manie comme il faut.

Cette gamme Ultra Thin est déclinée en beaucoup de coloris, et de matières de bracelets. J’ai opté pour le modèle UT04, décoré d’une superbe couleur gris anthracite et d’un bracelet en cuir noir.

Elle est alimentée par un mouvement à quartz et est vendue à 275$.

 

Le boitier

Évidemment, finesse oblige, le boitier est la partie la plus remarquable de cette montre.

Sa forme acérée fait de cette montre un objet élégant et un peu agressif, mais surtout très agréable à regarder. Son diamètre de 40mm est plutôt actuel, et sa finesse de 6mm est tout simplement bluffante.

D1 Milano exploite depuis ses débuts la forme octogonale pour ses boîtiers, et celle ci n’est pas une exception. Le boitier est découpé en de multiples facettes, qui sont parfois difficiles à distinguer tant les reflets de lumière sont variés (et c’est un point positif).

Les revêtement sont variés, avec du brossé sur toutes les parties « horizontales » et polies sur les champs, et autres renfoncements.

J’ai d’ailleurs un petit « bémol » sur les revêtements de ce boitier, qui sont malheureusement très salissants. La moindre petite éclaboussure ou trace de doigt se voit bien, et n’est pas facile à nettoyer.

La boite est en 3 parties, avec une carrure massive, une lunette supérieure découpée à la hache, et un dessous très lisse, vissé. Ce fond vissé n’apporte pas une étanchéité record puisqu’elle n’est résistante qu’à 5ATM. Ceci dit, vu le genre de montre, je suis convaincu que c’est bien suffisant.

La couronne de réglage reprend la forme octogonale de la face avant, et est décorée d’une petite découpe qui lui donne un aspect presque « de diamant ».

Pour le bracelet, de larges entrecornes sont prévues. Ces entrecornes sont en fait des prolongations du boitier, incliné pour pouvoir épouser la forme du poignet.

On trouve sur les côtés des attaches du bracelet deux petites vis qui permettront de le remplacer si besoin.

 

Le cadran

Cette UT04 affiche un cadran minimaliste, qui ne contient que l’essentiel.

On trouve les indexes horaires sous forme de batons très fins et doublés pour 12h, le logo de la marque, le nom de la montre, et les aiguilles.

Les aiguilles sont d’ailleurs plutôt originales avec leur silhouette de flèche, et sont étonnamment larges pour une montre « habillée ». Il est vrai que l’on associe souvent l’aspect élégant avec la finesse, mais les aiguilles se rebellent avec une largeur vraiment importante.

C’est très joli, et relativement lisible. Relativement car en effet, la différence de couleur avec le fond noir du cadran est très faible. Les aiguilles sont recouvertes d’une peinture anthracite brillante, et ne sont visibles que grâce aux petits reflets de lumière qui entrent.

Pas question donc de lire l’heure en milieu très sombre, puisqu’il n’y a aucune luminescence, et qu’il n’y a que peu de contraste.

J’aurais d’ailleurs pu reprocher à la marque d’avoir un peu trop misé sur le minimalisme, mais… est-ce que le rendu aurait été aussi esthétique si les aiguilles avaient été grises clair, ou blanches ?

 

Le bracelet

Quelle beauté ! Mais, il y a un mais, et un gros.

D1 Milano livre ses montres avec un bracelet en cuir ou en acier, et je vous conseille plutôt d’opter pour la version acier.

En effet, la marque utilise une forme loin d’être standard, avec un entrecorne très particulier, et il sera donc impossible de remplacer le bracelet par un équivalent hors D1 Milano.

Sur ma version, le bracelet est en cuir suédé italien, et le rendu est très joli. Le toucher un peu rugueux est loin d’être inconfortable et le rendu visuel séduit. Le dessous et le dessus sont d’ailleurs du même revêtement.

La boucle ardillon est magnifique, avec une découpe qui rappelle les formes du boitier. Le soin de cette boucle m’a vraiment impressionné.

La petite boucle de fermeture du bracelet (celle qui est mobile et qui permet au bracelet de ne pas s’écarter de votre poignet) est un peu fragile est me fait clairement un peu peur.

Pour résumer avec ce bracelet : un chaud-froid plutôt désagréable. Derrière un look très réussi se cache une fragilité importante, et il sera impossible de changer le bracelet pour une version « hors marque ».

 

Le mouvement

Paragraphe très court ici puisque la marque a utilisé un mouvement à quartz japonais.

Certains regretteront l’absence de version mécanique, mais sachez que la marque a aussi une gamme dédiée.

C’est le Miyota GL20, qui est un des plus fins du constructeur. Il ne mesure que 2,28mm d’épaisseur !

Ce mouvement affiche deux aiguilles, et sa pile 364 devrait fonctionner environ 2 ans.

 

Le packaging

D1 Milano m’a un peu déçu avec son packaging. Alors que la montre est vraiment très élégante, le packaging l’est clairement moins.

Non pas qu’il soit « moche » ou cheap, mais il manque un peu de soin.

On reçoit la montre dans une surboite en carton blanc clairement bas de gamme, sous lequel on trouve un écrin en carton blanc épais et brillant. Le logo D1 Milano trône sur le dessus de cette boite.

En ouvrant la boite, on découvre la montre placée à l’horizontale dans une coque entourée de mousse très fine. Un petit badge « designed by D1 Milano » est collé au centre, mais il est de travers… Dommage, ça ne donne pas un aspect très soigné…

Dans la boite on trouve aussi une petite notice d’utilisation qui fait office de mini-catalogue. Ce petit feuillet est plutôt soigné et bien construit.

 

Conclusion

D1 Milano s’est fait connaître avec une montre soignée, au look très particulier, et surtout avec une forme de boitier vraiment originale.

Avec cette collection Ultra Thin, ils sortent un peu de leurs habitudes avec des boîtiers plutôt épais et masculins. Cette gamme est vraiment très fine, avec uniquement 6mm d’épaisseur.

Elle est vraiment agréable à regarder et à porter, la lisibilité est plutôt bonne en milieu lumineux mais se révèle être très difficile quand il fait fort sombre. Il faut parfois jouer un peu avec les reflets de lumière pour distinguer les aiguilles.

Quant au bracelet, il est à la fois très satisfaisant, et décevant. Son look est parfait, les finitions sont bluffantes et la boucle ardillon est sublime. Mais le fait que ce soit un système d’attache propriétaire à la marque me rebute. Il sera impossible de remplacer le bracelet par un d’une autre marque.

Vous serez obligé de vous tourner vers la marque pour en commander un neuf.

Pour finir, je dirais simplement que cette D1 Milano Ultra Thin est une montre pensée pour les hommes qui cherchent une belle montre à porter avec une tenue habillée, et de temps en temps.

Si vous envisagez de la porter au quotidien, je vous conseille une version de cette montre avec un bracelet métallique.

Pour son prix de 275$ (environ 235€), vous aurez une montre séduisante, distinguée et originale.

 

Acheter la D1 Milano Ultra Thin ici
(275$)

 

Les plus
  • Design original et unique
  • Finesse impressionnante
  • Confort
  • Qualité de fabrication
  • Bracelet (esthétique)

 

Les moins
  • Bracelet (aspect technique)
  • Packaging un peu cheap pour cette gamme de prix

BOITIER
Taille : 40mm. Epaisseur : 6mm.
Matière : acier inoxydable 316L.
Verre : minéral avec traitement anti-reflet.
Etanchéité : 5ATM.
Poids : 60gr.
CADRAN
Couleur du cadran : noir.
Affichage : analogique.
Luminescence : -.
Complication : -.
BRACELET
Matière du bracelet : cuir suédé veritable.
Largeur du bracelet : -.
Type : boucle ardillon gravée.
Couleur du bracelet : noir.
MOUVEMENT
Type de mouvement : quartz.
Marque : Miyota GL20.

 


Galerie photo :

Total
1
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Article

No Monday 460

Next Article

Squarestreet SQ39 Novem

Related Posts