Test : Aight On Stage Tokyo

Quand on recherche une montre sur tout bon site de vente en ligne (ou en boutique), on remarque rapidement que la tendance est au minimalisme.

Ce n’est d’ailleurs pas que dans le domaine de l’horlogerie, cette mode est en plein succès. C’est plutôt logique en fait, puisqu’on est de plus en plus nombreux à se demander pourquoi s’embêter avec les détails superflus.

La marque française Aight (prononcé All Right) l’a bien compris, et se lance en 2017 dans le marché des montres minimalistes. Seulement voilà, il est déjà très chargé… Comment faire pour se distinguer ?!

Aight y répond avec une montre originale, et différente.

 

La marque

Aight est lancée en 2013 avec un modèle qui reprend les bracelets “SLAP” qui ont cartonné dans les années 80. On trouve à la tête de cette entreprise française Thibault Luc et Florent Vermont , entrepreneur et designer français, deux entrepreneurs français soucieux de proposer une montre originale et de qualité.

Le succès est plutôt au rendez-vous, puisque le Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou les choisi pour une collaboration autour des célèbres œuvres de Mondrian, Pollock et Kupka.

Un joli succès, bien que la marque ne soit pas très connue.

Elle lance en 2017 une nouvelle gamme, On Stage, constituée de 6 modèles différents.

Je vous propose de découvrir ici la version Tokyo, la plus populaire !

 

La montre

Quand on parle de minimalisme, on fait souvent le lien avec la Scandinavie, bien connue pour ses designers minimalistes (et son savoir-faire en terme de mobilier pas cher).

Et même si les nordistes ont du talent, les petits français aussi !

La On Stage est une montre à quartz, vendue à partir de 159€ et déclinée en 24 versions ! Largement de quoi faire votre choix 😉

J’ai opté pour la version Tokyo, originale avec son bracelet en liège, et son boitier “Gun-Metal”.

Ce que l’on remarque avant même de recevoir la montre, c’est son originalité. Les petits détails sont soignés, comme la forme des cornes d’attache du bracelet, les couleurs du cadran, et les finitions disponibles.

Les photos m’intriguaient beaucoup, et j’étais pas mal inquiet pour le bracelet, puisque le liège n’est pas tellement utilisé dans l’horlogerie… Qu’est-ce que ça donne ? La réponse ici ensuite !

 

Le boitier

Le premier mot qui vient à la bouche avec ce boitier, c’est “finesse”. Il est très fin, puisqu’il mesure moins de 8mm, 7.9mm exactement. Ses 40mm de diamètre font de lui un objet plutôt discret, et qui passe sans problème sur tous les poignets.

Cette finesse est surtout visible sur la partie la plus à l’extérieur du boitier, qui s’épaissit au centre pour faire passer la pile, et le mouvement.

Le revêtement de ma version Tokyo est nommé “Gun-Metal”, une sorte de métal un poil poreux, mat, très agréable au toucher. Ce matériau ne reflète que très peu la lumière, et rend donc la montre vraiment discrète. Appréciable !

Les formes sont globalement très douces, notamment au niveau des cornes d’attache du bracelet, qui sont arrondies et dans les courbes du contour du boitier.

L’ouverture sur le cadran est très grande, il ne reste qu’un petit millimètre de métal autour du verre minéral durci bombé, c’est très joli, et ça la rend “lumineuse”.

L’arrière est quant à lui très sobre, avec une simple plaque clipsée pour le fermer, et pour masquer le mouvement à quartz. Rien de très spécial, mais ça suffira largement.

 

Le cadran

Cette version Tokyo arbore un cadran gris foncé, lui aussi couleur “Gun-Metal” et qui est par contre brossé. Ce brossage a son importance, puisqu’il permet d’avoir de jolis effets de lumière quand on la regarde au soleil.

L’adjectif qui qualifie le mieux ce cadran, est “épuré”. Il est effectivement dénué de toute fioriture, de dateur, et d’écritures dans tous les recoins.

On y trouve uniquement les graduations nécessaires à la bonne lisibilité, une petite trotteuse à 6h, et la mention “French Design” à 6h aussi.

Aight a fait le choix de ne pas utiliser de peintures sur les détails de ce cadran, mais uniquement de jouer avec la lumière. Les bâtons d’index sont en léger relief, et le cadran de la petite trotteuse est découpé dans le fond.

Le rendu est très joli, et la lisibilité en lumière normale est excellente. En basse luminosité, il faudra jouer avec une lumière pour réussir à lire l’heure rapidement. Ce n’est pas gênant, mais il faut le savoir !

Les aiguilles sont très originales, leur forme change de ce que l’on voit tous les jours, et c’est très bien comme ça ! La base est plus large que l’extrémité, comme pour former une goutte.
Leur couleur dorée brillante est réussie, elle est brillante sans être clinquante et ne fait en aucun cas “bling bling”.

Le logo Aight placé à 12h ne gêne pas du tout la lecture, et il est discrètement intégré lui aussi. Ce que l’on peut retenir de ce cadran, c’est qu’il est pensé pour être fonctionnel, tout en restant très discret. Le design est vraiment réussi !

 

Le bracelet

J’ai reçu ma montre avec deux bracelets, le liège qui était attaché au boitier, et un second en maille milanaise.

Le bracelet en mailles milanaises est simple, il est exactement ce qu’il doit être quand on parle de mailles milanaises. Robuste, souple, confortable, et de qualité. Sa couleur foncée lui va très bien, et rend la montre très discrète.

Le bracelet en liège m’a vraiment très agréablement surpris. J’étais plus que sceptique avant de la recevoir, et je suis désormais totalement séduis. Sa robustesse, sa bonne souplesse et son confort font de ce bracelet un vrai bel atout à la montre.

La matière est très intéressante, puisque c’est du vrai liège ! Il est plus dense et compressé que ce que l’on connait des bouchons de bouteille, et le toucher est un peu plus doux.

On ne relève aucune aspérité au doigt, et les assemblages sont excellents ! Au poignet c’est un vrai régal, surtout qu’avec les nombreuses perforations il est facilement réglable.

La boucle ardillon est de la même couleur que le boitier, et est décorée du logo de la marque. Les deux bracelets sont pourvus de pompes d’attache Speedfix, qui permettent de retirer et remettre les bracelets très vite, et sans outil.

Aight apporte un soin remarquable à ses deux bracelets, je regrette presque de ne pas avoir pu tester la version cuir 😉

 

Le mouvement

Passons rapidement, puisqu’avec ce genre de montre, ce n’est pas le mouvement qui va intéresser.

Les français ont choisi le Japon et la célèbre manufacture Miyota, qui leur a fourni un bon petit mouvement à quartz, capable d’afficher l’heure précisément et sans râler.

 

Le packaging

Alors que beaucoup de constructeurs se contentent d’une boite en carton trop basique, Aight a fait le choix de proposer aux acheteurs de On Stage un emballage vraiment soigné.

On trouve à l’ouverture du colis une belle boite en carton blanc imitation marbre, autour de laquelle est passé une étiquette en carton noir, rappelant la marque et la référence de ce que l’on va trouver à l’intérieur.

Un accueil plutôt réussi, qui incite très clairement à découvrir la suite.

En ouvrant cet étui cartonné, on trouve une jolie pochette bi-matière, à la fois cuir (probablement faux, mais c’est pas plus mal) et une sorte de feutrine. Le rendu est très séduisant, et permet de transporter la montre en la protégeant des rayures et des petits chocs.

Cet étui fermé par un bouton pression contient la montre, pliée en deux, et, dans mon cas, le deuxième bracelet, emballé dans du plastique.

Dans la boite cartonnée on trouve aussi un petit étui en papier épais, dans lequel logent la notice, deux autocollants, et la garantie.

C’est un emballage très réussi, il protège bien la montre et séduit l’utilisateur, la combinaison gagnante !

 

Conclusion

La mode est aux montres minimalistes, ce qui induit forcément qu’il y a énormément de choix. Si vous vous perdez dans les centaines de références existantes, et que vous cherchez une montre originale, et de très bonne qualité, vous avez trouvé.

La marque française Aight fait ses preuves avec un modèle élégant, simple, et dont la construction est très qualitative.

Le boitier “Gun-Metal” est réussi, il reflète juste ce qu’il faut de lumière, et le cadran offre une lisibilité suffisante dans 90% des cas.

Le bracelet en liège de cette version Tokyo la rend très originale, et le confort est tellement agréable, que vous oublierez que vous avez la montre au poignet.

Avec (entre autre) son emballage très séduisant, cette On Stage fera de vous un client heureux !

 

Acheter la Aight OnStage ici (à partir de 159€)

 

Les plus Les moins
  • Design réussi, minimalisme fonctionnel
  • Qualité des assemblages
  • Packaging, enfin un peu d’originalité !
  • Confort irréprochable
  • Bon rapport discrétion / efficacité
  • La lisibilité en basse lumière est un peu juste, mais c’est très rarement gênant

 

 


 

 

BOITIER
Taille : 40mm. Epaisseur : 7,9mm.
Matière : acier 316L.
Verre : minéral renforcé.
Etanchéité : 5ATM.
CADRAN
Couleur du cadran : Gun Metal / doré.
Affichage : analogique.
Complication : -.
BRACELET
Matière du bracelet : liège / métal.
Largeur du bracelet : 20mm.
Type : boucle ardillon.
Couleur du bracelet : liège / gris foncé.
MOUVEMENT
Type de mouvement : quartz.
Marque : Miyota.
[simple_tooltip content=’Si la montre ne fait aucun bruit audible, elle passe le test !’]Test du chevet : OK[/simple_tooltip]

 

 


Total
10
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Article

Charlie Watch Initiale, l'élégance à la française [sponsorisé]

Next Article

Lilienthal Berlin L1

Related Posts