Roue TPS Four – Test et avis

80% de l’achat d’une montre se base sur son design. Sa forme, ses couleurs, les silhouettes qu’on trouve, et l’émotion que cela nous procure. Certaines marques se basent d’ailleurs uniquement sur cette donnée pour élaborer des montres “mode” qui, quand on leur ouvre le ventre, révèlent des entrailles bien peu élégantes.

Et ça, la marque Roue l’a bien compris. La montre que vous découvrez ici est -non seulement- très belle, mais en plus elle est d’une qualité incroyable.

J’avais déjà testé la CHR il y a quelques temps, et c’est une montre que j’avais adoré. Un joli mélange entre sportivité, discrétion, classe, et originalité.

Attention elle ne vient pas de sortir, puisqu’elle a été dévoilée en 2019.

En bref : Roue TPS
Boitier (diamètre) 40mm
Boitier (épaisseur) 13,4mm
Boitier (matière) Acier inoxydable 316L
Mouvement Méca-Quartz Seiko VK63
Verre Minéral durci K1 avec revêtement saphir, double bombé, anti reflet
Etanchéité 5ATM (50m)
Bracelet Cuir véritable et silicone
Entrecorne 20mm
Cadran Noir et jaune
Luminescence Aiguilles et indexes
Complication(s) Chrono, pulsomètre, tachymètre

La marque

Roue est une marque fondée par un brésilien, Alex Iervolino. Cet homme a grandi dans une famille passionnée par les voitures classiques, et a développé un goût très prononcé pour les icones du design allemand et scandinave.

Il puise son inspiration à la fois dans deux mondes : le design (au sens global et industriel) et l’automobile ancienne. Il est vrai que les années 50 – 70 ont été marquées par des icônes de l’automobile, encore aujourd’hui très populaires, comme le prouve Porsche.

J’ai, moi-même, un certain goût pour les objets bien dessinés, comme le fond des marques telles que Braun, Leica, Hasselblad ou encore le designer Charles Eames.

Roue a su s’imposer avec des montres à la fois très bien dessinées mais aussi bien construites, tout en restant dans des gammes de prix accessibles. En effet, la plus chère de leur montre vaut 310$…

La montre

La gamme TPS est la dernière née de la marque. C’est un modèle décliné en 5 coloris. On la trouve en cadran bleu, noir, blanc, et avec des touches de couleur très agréables.

J’ai choisi la version “Four”, qui affiche un cadran noir et des détails jaunes.

C’est une montre qui affiche une belle fiche technique, tout en restant dans un prix contenu de 310$.

J’ai opté pour cette version à cause de l’association du noir et du jaune, que je trouve parfaitement réalisée.

Elle s’inspire des années 60 et rend hommage à la Porsche 910, qui est la gagnante des 1000 kilomètres du Nürburgring en 1967. C’est une victoire importante pour la firme allemande, qui avait passé plusieurs années à se battre, jusque là en vain.

Cet hommage est d’ailleurs fièrement illustré avec le fond qui est décoré d’un embossage de la célèbre voiture.

J’ai rarement l’opportunité de dire ça : cette montre me procure un vrai petit quelque chose. Elle me rappelle mes 12 ans, quand j’ai assisté aux 24 heures du Mans avec mon beau père, elle me rappelle sa passion dévorante de l’automobile, mais aussi toute l’expérience que j’ai avec ce monde si vaste. Je trouve assez rares les montres capables de procurer des émotions, et cette TPS y arrive sans difficulté.

Le boitier

La TPS affiche un boitier qui correspond parfaitement à l’image 60s avec des formes rondes et anguleuses.

Les cornes d’attache se fondent dans la silhouette du boitier, les boutons poussoirs du chrono sont facile d’accès et très bien ajustés, tout comme la couronne, décorée du logo Roue.

Le revêtement est quasiment totalement brossé, sauf sur les arêtes où on trouve un polissage discret. La montre est ainsi discrète, et brille plutôt par ses couleurs et sa forme, plutôt que par son boitier.

En terme de dimension, elle compte 40mm de diamètre pour 13.4mm d’épaisseur. Ce sont pour moi des dimensions parfaites, surtout pour un chrono.

Le verre doublement bombé est un minéral durci K1, couvert d’un revêtement saphir et anti-reflet. Cela offre à la montre une pénétration de la lumière très agréable, et ajoute une petite touche de vintage.

Cette TPS est plutôt légère et respire la qualité. Quand on l’a entre les mains, on sent le soin apporté aux ajustements. Le fond de la montre est décoré d’une Porsche 910 en relief, et on y trouve les mentions habituelles d’étanchéité, ainsi que le numéro de série (limitée à 1000 exemplaires).

Elle n’est étanche qu’à 5ATM, ce qui est suffisant si vous ne comptez pas la porter pour la douche (de toute façon ce n’est que rarement conseillé…).

Le cadran

Roue dote sa TPS d’un cadran aux couleurs variées : noir et jaune pour la version Four.

C’est un cadran “sandwich”, puisqu’il est constitué de 3 couches superposées. Cela permet une vraie profondeur, qui s’apprécie énormément quand la lumière y pénètre.

Les éléments qui se placent sur le cadran sont nombreux : une échelle tachymétrique (qui permet de mesurer une vitesse), un pulsomètre (qui permet de mesurer la fréquence cardiaque), et un chrono.

Les indications écrites sont imprimées en blanc, sauf le logo qui ressort en jaune. Les graduations pour la lecture des informations sont nombreuses mais leur taille contenu laisse un peu d’air à l’ensemble.

Le compteur du cadran est à 9h, il indique les minutes. La trotteuse du chrono est centrale et peinte en jaune. A 3h se trouve une indication de l’heure en format 24h, et la petite trotteuse se loge à 6h.

Les aiguilles de lecture de l’heure sont rectangulaires et blanches, et peintes d’une touche de Superluminova. Cette matière permet une belle luminosité dès que le soleil se couche.

C’est un cadran plutôt traditionnel dans les grandes lignes, mais dont les mini-détails rappellent l’amour du créateur pour les beaux objets. Les aiguilles carrées et simples me font penser aux meubles scandinaves, tandis que la précision des graduations et de la lecture rappelle le Bauhaus et la précision allemande.

C’est donc un cadran très bien dessiné qui est tout à fait lisible, en plein soleil comme dans un milieu plus sombre.

Au poignet

C’est quand on passe la montre au poignet qu’elle révèle son potentiel de charme et de qualité.

Elle est livrée avec deux bracelets : un cuir perforé noir, et un silicone noir. Je trouve ça parfait. Peu sont les marques à proposer deux bracelets avec leur montre, et c’est pourtant souvent nécessaire d’avoir une alternative “pour l’été”.

Ces bracelets sont d’une qualité remarquable. Le cuir respire la qualité, ses ajustements sont parfaits et la montre est ainsi extrêmement confortable et élégante.

Avec le silicone, on joue plutôt sur la sportivité et le pratique, puisqu’il sera bien plus facile à nettoyer. Personnellement, je n’ai pas de préférence. Chaque bracelet a son utilité.

La boucle ardillon est décorée du logo Roue, et ils sont dotés de pompes d’attache rapide pour un changement quasi instantané.

C’est très bien joué de la part de la marque. Deux bracelets complémentaires, il est facile d’alterner entre les deux… Parfait. Tout simplement.

Le mouvement

C’est Seiko qui a été sélectionné pour alimenter cette TPS, avec le calibre VK63.

Ce calibre est un méca-quartz : il utilise le quartz pour l’affichage de l’heure, et un mécanisme traditionnel pour le chrono. Cela permet une utilisation plus précise et une tenue de l’heure sans défaut.

Certains grinceront des dents de ne pas avoir une alternative mécanique, mais personnellement, ça ne me gêne en aucun cas. On a ainsi une montre toujours prête à servir, toujours à l’heure, et dont le chrono est précis…

Le packaging

Roue m’avait déjà gâté avec le packaging de la CHR, que j’avais trouvé bien original. Ici, on joue dans une autre catégorie, on entre dans la cour des grands.

La montre est livrée dans une marmotte en suédine grise, d’une qualité remarquable. Son toucher est très doux, elle peut accueillir 3 montres (ou une ou deux montres et leurs bracelets, c’est vous qui voyez) et se ferme avec une lanière épaisse.

C’est un packaging très séduisant, à la fois utile et esthétique. J’adore.

La marmotte (watch roll) est logée dans une boite en cuir gris. C’est un accueil très agréable pour les acheteurs, qui auront beaucoup de plaisir à la déballer, et à la passer au poignet.

Conclusion

Je ne vais pas vous mentir, j’ai essayé. Mais je n’ai pas réussi. Je ne lui trouve aucun défaut.

Honnêtement, je suis bluffé par tout ce que la montre dégage : une qualité digne d’une montre bien plus chère, un look superbe, des choix de couleur très intéressants, et tout ça pour moins de 260€ !

Peu de marques peuvent se vanter de pouvoir proposer un tel rapport qualité / satisfaction / prix.

Tout y est parfait ! Le boitier résolument bien dessiné et à la touche vintage, le cadran lisible et très agréable à regarder, les bracelets confortables… Pour ce prix, c’est bluffant.

Elle me rappelle même les Dan Henry (que j’adore, vous le savez), mais avec un petit quelque chose en plus.

Je la recommande à 100% ! C’est un coup de coeur de A à Z, et je suis convaincu qu’il en sera de même pour vous.

Merci à Alex de m’avoir fait confiance pour ce test. Je ne suis pas le premier à la présenter, et il m’a laissé une petite porte d’entrée dans sa marque pour que vous puissiez découvrir cette TPS à travers mes yeux. J’ai été bien plus long que prévu à publier le test, et il ne m’en veut pas… Merci 😉

Récapitulatif de la Roue TPS
Les plus
  • Qualité des assemblages
  • Design très réussi
  • Mouvement méca-quartz
  • Lisibilité / précision des informations
  • Packaging utile et joli
  • Rapport qualité prix

 

Les moins
  • S’il faut en donner un : étanchéité assez faible
Galerie photo :
Total
96
Shares
5 comments
  1. Bonjour, la montre est très belle, bravo pour la description et les photos magnifiques ! Je vois beaucoup de reflets bleu sur les photos que j’aime beaucoup, c’est le verre qui produit ses reflets ?

    1. Bonjour et merci pour votre commentaire 🙂 Pour info, les commentaires doivent être approuvés pour être publiés, donc pas de souci, j’ai bien vu votre message.

      Merci beaucoup pour les compliments ! En effet, c’est le verre qui produit ces reflets. Ça arrive souvent avec les verres saphir traités anti-reflets. Les seuls reflets qui restent sont bleutés, un peu comme sur la OceanX : https://lapetitetrotteuse.com/oceanx-sharkmaster-v-test-et-avis/

      C’est très sympa à voir !

      Bonne journée !
      Vivien.

  2. Je retente mon commentaire : Super article, la montre est très belle ! Les reflets bleus de la montre sont dûs au verre ? Merci !

  3. Bonjour,y a t il des taxes a l importation sur cette montre qui me semble venir des usa?Sur le site ils disent que c est compris dans le prix…je suis septique.La douane francaise ne rigole pas avec les produits fabriques aux states!

    1. Bonjour ! Non, pas de frais à prévoir pour l’importation. La montre est stockée dans un entrepôt européen, en Allemagne il me semble.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Article

Lilienthal Chronograph - Test et avis

Next Article

CODE41 Anomaly Evolution - Test et avis

Related Posts