Test : Guanqin Réserve de marche

Les montres mécaniques sont intéressantes. Elles révèlent des fonctionnement complexes, précis, et exigeants. Mais elles ont aussi un problème : elles sont bien plus chères que les montres électroniques.

J’entends d’ici quelques uns d’entre vous qui disent “ouais mais on peut trouver de bonnes montres automatiques pas cher”. Je suis d’accord, mais de manière générale, un quartz coûte moins cher.

Et c’est bien ici que cet inconvénient n’en est pas un. J’ai été contacté par Gearbest, leader du commerce en ligne importé d’Asie. Je connaissais ce site pour les drones et autre matériel qu’il propose, mais pas pour ses montres.

Ils m’ont envoyé deux modèles : cette Guanqin, et une Megir. Découvrons la première ensemble !

C’est donc un test plutôt original, c’est la première fois que nous voyons une montre automatique à 90€… Vous avez bien lu, pour moins de 100€, vous pouvez porter une montre automatique dotée d’un affichage de réserve de marche !

Ce prix est-il justifié ? Encore trop haut, ou trop bas ?

La marque

Guanqin est une marque 100% chinoise, soyons honnêtes.
Mais pour moi, ce n’est pas synonyme de défaut.

Les constructeurs asiatiques aux noms parfois difficiles à prononcer se sont multipliés ces dernières années, surtout grâce au commerce en ligne, et aux imports facilités.

Il faut d’ailleurs savoir que la Chine est un très bon fabricant de montres, surtout mécaniques. Seagull a longtemps été le plus grand fabricant de mouvements au monde !

Guanqin fait partie de ses marques qui ne misent pas sur un design novateur, mais plutôt sur une image déjà connue, ré-exploitée proprement, et aux prix (très) réduits. Autrement dit, certains parleront de copie, d’autre d’inspiration, mais ces marques n’ont pas forcément leur propre coup de crayon.

Toutefois, quand on analyse les modèles de la marque, plusieurs ont des apparences relativement éloignées de modèles connus. Ce modèle ci rappelle la Nomos Lambda, mais est vendue 160 fois moins cher !

Ici se proposent deux idées : économiser pour acheter la Nomos, ou opter pour son “imitation”, la montre chinoise Guanqin. A vous de voir !

 

La montre, une sacré surprise

En demandant ce modèle, je ne m’attendais pas à grand chose. Les photos peu réalistes de la page de Gearbest me donnaient l’impression d’une montre très cheap, plastique, et fragile.

Quelle surprise en recevant le colis de découvrir une montre aussi réussie !

Cette Guanqin est imposante, et son poids conséquent. Son look très élégant est réussi, et, en mains, elle inspire clairement confiance.

Je vous le dis tout de suite, envisagez de remplacer le bracelet. Bien que les mailles milanaises soient sympa, celui-ci vous offrira une violente épilation, et un look plutôt pas top. Mais franchement, à ce prix, est-ce gênant ? Pour moi ça ne l’est pas.

Vendue à 90€ (au moment où j’écris elle est à 60€…) c’est une montre automatique remarquable, qui va probablement vous séduire.

 

Le boitier, massif et brillant

Cette montre a un boitier circulaire plutôt simple, en forme de galet aux formes très douces. L’originalité n’est pas sur le boitier, mais il est plutôt bien réalisé.

Le revêtement poli n’est pas un exemple de discretion, mais la très large ouverture du cadran sur l’avant de la montre permet de ne pas avoir un énorme morceau de chrome au poignet (grande ouverture cadran = réduction de l’épaisseur des contours du cadran).

Le toucher est très doux, et la peinture, bien que sensible aux traces de doigts, parait solide et se nettoie très facilement.

Les cornes d’attache sont suffisamment déportées pour pouvoir y adapter n’importe quel bracelet, pratique.

Le diamètre de 42mm est plutôt correct sur mon poignet de 21cm de circonférence, mais il ne conviendra pas à tous. C’est surtout l’épaisseur de 12mm qui se fait remarquer, mais n’est pas forcément gênante.

Le poids de 114 grammes ne fait pas d’elle un exemple de légèreté, mais par rapport à la Trafalgar Ballast, elle est vraiment légère…

La couronne de réglage est placée à 3h et son diamètre est plutôt important. Parfait pour remonter la montre, régler la date et l’heure, même avec de gros doigts calleux !

L’arrière du boitier laisse voir une grande partie du mouvement automatique, et c’est presque dommage. Etonnant ? En fait, ce mouvement est brut : aucune décoration, aucun soin particulier à son apparence. Joli, mais pas trop.

On trouve sur l’arrière de la montre, autour du verre, une bague qui reprend les informations habituelles : étanchéité, marque… Et c’est ici qu’on sent le côté “cheap” de la montre.

C’est du détail, mais la police d’écriture est trop grande, et mal choisie. Elle est très basique, et son traitement est inexistant. Ne dit-on pas que les petits détails font les grandes différences ?

N’empêche que ce n’est pas l’arrière de la montre qui va faire baisser son appréciation, mais un soin plus particulier à son dos aurait été un plus.

 

Le cadran

Cette montre utilise un cadran que l’on a déjà vu chez les allemands Nomos, pour leur modèle baptisé Lambda. Et ce n’est pas un mal, puisque ce cadran est vraiment superbe.

Il est très grand, il recouvre une large surface de la montre, et est très lumineux. Son fond blanc y est pour quelque chose puisqu’il ne reflète pas la lumière, mais sait l’attirer.

Les petites pastilles rondes disposées tout autour du cadran et qui permettent une lecture précise de l’heure sont savamment placées : ni trop près du bord, ni trop loin. Pour être clair, leur distance par rapport au bord extérieur du cadran permet d’augmenter encore cette impression de grandeur. C’est une pratique relativement fréquente dans le monde du design.

Les mentions textuelles (la marque et le “modèle”) sont écrites à 9h et 3h. Leur écriture n’est pas très fine, mais ça ne saute aux yeux que si l’on regarde de très près.

Le vrai talent de cette montre, c’est d’avoir un affichage de la réserve de marche (l’autonomie) de la montre. C’est une complication horlogère rare à trouver, surtout dans des gammes de prix accessibles.

Cet affichage est à 12h, et prend la forme d’un cercle coupé sur le bas. La mesure va de 0 à 35, mais l’aiguille peut aller un peu plus loin, vers un “40” fantôme. 40, comme 40 heures de réserve de marche. L’indication est plutôt précise, et la lecture très facile. La finesse de l’aiguille permet de ne pas alourdir l’ensemble.

On trouve juste en dessous, à 6h, un sous-cadran pour indiquer les secondes. Cette petite seconde est elle aussi discrète, et intègre en son cercle une perforation pour la date.

Pratique, simple, et esthétique !

Si j’avais une seule remarque à faire sur ce cadran, ce serait pour les aiguilles de lecture de l’heure. Elles sont jolies, leur peinture bleue métallisée est sympa, mais la différence de taille entre les deux n’est pas assez prononcée.

Je n’ai jamais “mal lu” l’heure sur cette montre, mais il est vrai qu’une aiguilles des heures plus petite de 3 ou 4 millimètres aurait été plus adaptée.

 

Le bracelet

Pour être très honnête, je n’ai testé le bracelet d’origine qu’au moment de la réception de la montre.

Son aspect très clinquant (trop !) et ses mailles pas très bien finies m’ont rapidement motivé à en commander un autre !

Ceci dit, la boucle qui le ferme est plutôt qualitative, décorée du logo de la marque, et paraît robuste !

La largeur est standard, avec 20mm, et il est donc facile d’en trouver un de remplacement.

Puisque le boitier est poli et le fond du cadran blanc, je ne saurais que vous conseiller l’achat d’un bracelet en cuir marron, clair dans l’idéal.

J’ai opté pour un “Classic Chestnut” de chez CheapestNatoStraps, qui coûte moins de 10$. Avec les frais de port, comptez une douzaine d’euros.

Pour le trouver, c’est ici !

 

Le mouvement

Je n’ai pas d’information exacte sur le mouvement utilisé dans cette montre.

Ce que je peux dire, c’est qu’il est simple visuellement (pas de décoration), automatique, et qu’il offre 40 heures de réserve de marche.

Ce mécanisme est capable d’afficher l’heure, la date, une petite trotteuse, et le niveau d’autonomie restant. Pratique pour avoir un aperçu rapide !

Le mécanisme est silencieux, aussi bien au niveau de la masse oscillante que du “tic tac” de la trotteuse. Vous pourrez aussi remonter la montre à la couronne, pratique si vous ne portez pas la montre tous les jours.

Voilà au niveau de la mécanique, je n’ai que très peu d’infos. Je suppose qu’il vient de chez Seagull, puisque c’est LE constructeur chinois par excellence…

 

Le packaging

Si vous achetez les montres pour leur packaging, vous allez être déçu.

Autant en annoncer la couleur directement : l’emballage de cette Guanqin est clairement moche.

Non seulement la boite est banale, mais son revêtement imitation peau de serpent est raté, son toucher peu agréable, et elle est plutôt “sale”.

Bien que la montre soit neuve, la boite est en mauvais état cosmétique, mais pas de quoi s’affoler !

La boite, bien que peu gracieuse, protège bien la montre. Le moule en mousse épaisse à l’intérieur permet de bien caler la montre pour le transport. On y trouve aussi un petit outil, dont je n’ai pas encore trouvé l’intérêt. Une tige droite, à l’embout pointu.. Aucun intérêt, mais passons !

N’achetez pas cette montre pour son packaging, mais n’ayez pas peur, elle est bien protégée.

Vous trouverez la montre emballée avec du film transparent, parfait pour éviter les poussières et les rayures.

 

Conclusion

Pour ce test original, j’ai du mal à conclure. C’est difficile de dire que c’est une excellente montre, parce que son prix est tellement bas…

Comment peut-on avoir une montre de bonne qualité, automatique, jolie, et à moins de 100€ ?

Toujours est-il que cette montre m’a tapé dans l’oeil. Elle est réussie, aussi bien au niveau de son esthétique que de sa qualité.

Au poignet c’est un régal, et, avec un bracelet plus joli, elle est très sympa à regarder.

Ses dimensions généreuses la destinent plutôt aux poignets d’homme, et son look minimaliste scandinave la rend bien adaptée à une grosse partie des gardes robes.

Très honnêtement, je ne suis pas inquiet sur sa durée de vie. A moins de 100€, c’est une bonne affaire. Je dirais même qu’à 150€ /200€, elle aurait été tout aussi intéressante !

Envisagez l’achat d’un bracelet de 20mm de largeur, et elle sera parfaite !

Oubliez le packaging et le nom de la marque, pensez plutôt au look et aux prestations de cette montre, surtout pour son prix !

Petite remarque négative toutefois. Les prix varient beaucoup sur Gearbest, ce qui fait que la montre n’est pas toujours au même prix… Comment savoir quand l’acheter au prix le plus bas ? Aucune idée, je pense qu’il faut regarder fréquemment, et craquer quand vous le sentez !

A découvrir chez Gearbest au prix de 90€ !

Code pour 20% de réduction : menswatchesoff

Acheter la Guanqin ici (90€)

 

Les plus Les moins
  • Le prix !
  • Design, surtout du cadran
  • Lisibilité
  • Confort
  • Qualité globale
  • Packaging triste
  • Peu d’informations sur la marque
  • Pas d’informations sur le mouvement
  • Bracelet d’origine très moyen

BOITIER
Taille : 42mm. Epaisseur : 12mm.
Matière : acier 316L.
Verre : saphir.
Etanchéité : 5ATM.
CADRAN
Couleur du cadran : blanc.
Affichage : analogique.
Luminescence : non.
Complication : réserve de marche, date.
BRACELET
Matière du bracelet : métal.
Largeur du bracelet : 20mm.
Type : mailles milanaises.
Couleur du bracelet : argent.
MOUVEMENT
Type de mouvement : mécanique automatique.
Marque : Seagull ?.
[simple_tooltip content=’Si la montre ne fait aucun bruit audible, elle passe le test !’]Test du chevet : OK[/simple_tooltip]

 


Total
8
Shares
2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Article

MVMT Revolver

Next Article

OVD Titanic

Related Posts