Marloe Morar : Test et avis

Si vous êtes un lecteur assidu de La Petite Trotteuse, vous avez certainement le souvenir du test de la Marloe Coniston. 

C’est un test qui s’était soldé par un succès retentissant, à la fois de votre côté “lecteur” et à la fois pour moi. C’était (et c’est toujours) une montre que j’adore, que je trouve extrêmement bien réalisée, et qui frôle la perfection.

Vous imaginez donc que quand le duo anglais m’a contacté pour tester leur nouveau modèle, je n’ai pas hésité du tout !

La marque cultive une image plutôt atypique, avec un siège en campagne de l’Oxfordshire, des photos de leur travail, et ils n’hésitent pas à montrer le soin qu’ils apportent à la création de leurs montres.

J’ai eu beaucoup d’échanges avec Oliver, l’un des créateurs, et je peux vous assurer que c’est un vrai passionné !

Je vous propose de découvrir la Morar, nouvelle collection de la marque très British.

 

La montre

D’habitude, Marloe propose des montres plutôt classiques. Elles ne sont pas banales, mais ne sont pas trop typées sport, ou trop élégantes non plus. Avec cette collection Morar, Marloe sort de sa zone de confort !

La Morar est inspirée du “Loch Morar”, qui, avec ses 337m de profondeur, est le lac le plus profond d’Ecosse.

Puisque l’inspiration est un lac d’eau douce, quoi de plus logique que de proposer une montre de plongée ? Et bien c’est ce qu’a fait Marloe.

Cette Morar est une plongeuse au sens classique du terme. Elle affiche une étanchéité impressionnante de 310M (31ATM), une lunette graduée rotative, des aiguilles très épaisses et luminescentes…

Son prix dépasse de peu le maximum de La Petite Trotteuse, avec 550€ affichés. J’ai décidé de vous la présenter, puisque je trouve que ce prix est justifié, et qu’il en faut pour tout le monde 🙂

 

Le boitier

Le boitier est un élément très surprenant de cette Morar. Non seulement par son revêtement, mais aussi par ses proportions, et par le soin apporté aux détails…

Le boitier affiche un diamètre de 40mm pour une épaisseur de 12.4mm. Ce sont des proportions plutôt compactes, surtout quand on la montre entre les mains. Honnêtement, entre les specs écrites et le ressenti que j’en ai eu quand je l’ai reçu, il y a un petit fossé. Je m’attendais à une montre assez massive, et… pas du tout. 

C’est un modèle plutôt compact, qui se place très bien sur tout type de poignet. Même ma femme, avec son poignet très fin, la porte sans que cela ne choque (elle me va mieux à moi quand même, faut pas exagérer).

Son revêtement en bronze est vraiment surprenant. Il est à la fois très brut, avec un aspect un peu usé qui me plait beaucoup, et en même temps très soigné, avec des détails parfaitement intégrés. 

La lunette rotative est épaisse, massive, et décorée de stries sur son flanc. Le rendu est séduisant, et pratique à utiliser. Même avec de gros doigts, il sera facile de la faire tourner. Notez qu’elle est uni-directionnelle et dispose de 120 clics (les clics sont les “graduations” disponibles pour la faire tourner : plus il y en a, plus la manipulation est précise).

Cette lunette est décorée des indexes numériques toutes les 10 minutes, et d’une graduation entre le 0 et le 15min. Une pastille luminescente prend place en son sommet (à 0). C’est une lunette finalement classique dans sa construction, mais dont les détails changent beaucoup des autres plongeuses.

Toujours au niveau du boitier, on remarque une couronne de réglage parfaitement intégrée, comme sur la Coniston. Elle est vissée de façon à préserver une bonne étanchéité. Sa manipulation est très facile, grâce à son diamètre suffisant et à ses crans profonds. Elle est évidemment décorée du logo Marloe.

Concernant le dessous, il est aussi bien travaillé, avec une décoration en vagues, accompagnée d’une gravure de “Morag”, qui est le surnom donné au monstre vivant dans le Loch Morar.

Le verre utilisé est un saphir plat, doté d’un traitement anti-reflets. Les cornes d’attache sont bien déportées, on pourra y adapter le bracelet que l’on veut, en 20mm de largeur.

 

Le cadran

Si le boitier est très bien travaillé, le cadran n’est pas en reste. 

Il est finalement assez “petit” avec ses 30mm de diamètre (la lunette occupe une grande partie de la face avant) mais cela ne le rend pas illisible, bien au contraire…

Ce cadran affiche les codes connus des montres de plongée, mais c’est plus une réinterprétation qu’une simple “reprise”.

On retrouve par exemple des aiguilles très larges, mais ici dans une forme rectangulaire fort massive. Les indexes horaires prennent l’apparence d’une goutte d’eau, et sont luminescents. On observe une graduation sur toute la circonférence du cadran, un indicateur 310 dans une pastille ronde qui rappelle l’étanchéité de la montre, et le logo de la marque à 12h. 

Le fond du cadran est vert émeraude, ce qui vaut le nom “Emerald” à cette version. Une touche de couleur orange est visible avec la trotteuse, et elle est la bienvenue. 

Le choix des couleurs est excellent. Il permet une bonne lisibilité, une lumière impressionnante, et surtout : ça change ! Peu de montres proposent un jeu de couleurs aussi audacieux, et je salue Marloe pour cela.

En résumé, ce cadran est à la fois classique et original, son jeu de couleurs est très réussi, et la lisibilité est excellente. On a un résultat qui n’est ni trop sportif ni trop habillé, ce qui fait de cette montre un très bon choix pour le quotidien !

 

Le bracelet

La Marloe Morar est livrée avec, au choix, un bracelet en silicone noir, ou un cuir marron (ou les deux). J’ai choisi le cuir marron, comme vous pouvez le voir sur les photos.

Comme pour la Coniston, le cuir choisi est d’une qualité remarquable. Le toucher est très agréable, à la fois doux et lisse, et très légèrement texturé. On sent que la peau choisie est de qualité. 

En terme de confort, il n’y a rien à dire. J’avais peur que le poids de la montre la mène à tourner sur mon poignet, mais… pas du tout ! La montre est stable, elle se place sans problème sur le poignet, et reste agréable tout au long de la journée.

Le bracelet se ferme avec une boucle ardillon en bronze, gravée du logo Marloe. 

Le cuir marron foncé est décoré d’une surpiqure ton sur ton, très élégante et raffinée. 

J’ai néanmoins un petit regret. Je trouve dommage que le bracelet ne soit pas pourvu de pompes rapides, qui permettent de changer de bracelet en un clin d’oeil. Surtout si on part du principe que l’on peut la commander avec deux bracelets. Il faudra à chaque fois (OK, on ne le fait pas tous les jours…) sortir son petit outil, et démonter, pour remonter.

 

Le mouvement

La marque anglaise ne propose que des montres mécaniques, et celle-ci n’est pas une exception.

Elle est alimentée par un mouvement à remontage automatique de chez Miyota, avec le calibre 9039. C’est un dérivé du célèbre 9015, qui a été affiné.

Ici, il propose une fréquence de 28,800bph, qui permet un mouvement de trotteuse très fluide.

Ce mouvement possède un “stop seconde” qui permet d’arrêter la trotteuse, le temps de régler l’heure. Cela permet un réglage encore plus précis. 

Notez que ce mouvement à une réserve de marche de 42 heures, et qu’il peut être remonté à la main, par la couronne. 

 

Le packaging

Marloe soigne toujours son packaging. Alors que la Coniston était livrée dans une boite plutôt compacte et colorée, cette Morar est envoyée dans une grosse boite grise, et très bien décorée.

J’ai reçu la montre dans un carton aux couleurs de la marque, sur lequel il est noté “All Roads Lead Here” (tous les chemins mènent ici). A l’intérieur, on découvre une grosse boite noire, placée entre des lamelles de cartons. L’accueil est vraiment très agréable.

La boite est plutôt simple, avec un revêtement en carton noir, épais, et qualitatif. C’est quand on l’ouvre que la surprise arrive.

On commence par trouver un livret qui explique comment la montre est née, puis un support sur lequel trône une carte en carton très épais. Elle contient les caractéristiques de la montre, le numéro de série, et le logo Marloe. 

En dessous de ce support (qui est en tissus gris décoré d’une plaque en cuir), on trouve la montre, sagement placée sur un petit support ovale. Elle prend place dans un tissus gris avec une texture épaisse, du plus bel effet.

Non seulement la montre est bien protégée, mais l’accueil est très satisfaisant. Comme d’habitude, je dirais qu’il est dommage que ce packaging ne re-serve pas, comme ça aurait pu être le cas avec une marmotte, ou un étui. Mais si vous l’offrez, la personne sera ravie de déballer ce cadeau.

 

Pour conclure

Je l’avais annoncé dès le départ, et il y avait peu de doute que je change d’avis : j’adore cette Morar. 

Son look est très réussi, avec un boitier atypique en bronze, un cadran vert émeraude très agréable à regarder, et une qualité globale plus que satisfaisante.

Certes, le prix est élevé. Nous ne sommes pas ici face à une montre qui utilise des composants qui proviennent de fournisseurs “de gros”, mais bien d’éléments dessinés à l’unité, choisis méticuleusement… ce qui justifie le prix. 

De plus, avec une telle qualité d’assemblage (et tout le reste), je trouve honnête de payer les quelques 550€.

Avec son look éloigné des classiques, ce n’est pas une montre qui plaira à tout le monde.

Mais ceux qui l’apprécieront finiront par l’adorer 🙂

 

Acheter la Marloe Morar ici (550€)

Les plus
  • Choix de couleur audacieux et original
  • Qualité d’assemblage
  • Packaging très accueillant
  • Confort
  • Silence du mouvement automatique

 

Les moins
  • Prix un peu élevé, bien que justifié

BOITIER
Diamètre : 40mm.
Epaisseur : 12,4mm.
Matière : acier inoxydable revêtement bronze.
Verre : saphir.
Etanchéité : 31ATM (310m).
CADRAN
Couleur du cadran : vert émeraude.
Affichage : analogique.
Luminescence : aiguilles, indexes.
Complication : -.
BRACELET
Matière du bracelet : cuir.
Largeur du bracelet : 20mm.
Type : boucle ardillon.
Couleur du bracelet : marron foncé.
MOUVEMENT
Type de mouvement : mécanique automatique.
Marque : Miyota 9039.

 


Galerie photo :

Total
6
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Article

Fiyta 3D Time : Test et avis

Next Article

CODE41 Anomaly 01 - Test et avis

Related Posts