Hoffman Racing 40 – Test et avis

Quand on aime l’automobile et les montres, on sait très bien que ces deux domaines sont intimement liés. Le moteur, les matériaux, le souci de la performance dans un poids réduit, et avec un look très soigné… 

On trouve beaucoup de chronos haut de gamme qui sont des icônes de l’automobile, comme les Tag Heuer, les Rolex, les Chopard…

C’est un type de montre qui plait beaucoup, puisqu’elles allient (pour la plupart) sportivité avec élégance. Mais ces montres sont hors de prix, en tout cas pour beaucoup de monde (la moins chère est à 5000€) et du coup, ce n’est pas évident d’en acheter une…

Et pour pallier à ça, on peut compter sur des petits constructeurs, comme Hoffman, qui proposent des montres inspirées de l’automobile, à des prix bien plus accessibles !

Tout le monde n’a pas besoin d’une montre particulièrement originale, particulièrement déjantée. Une montre classique est aussi très désirable, surtout quand elle est bien conçue, et qu’elle a les arguments pour se vendre.

C’est là qu’on en vient à la Hoffman Racing 40.

 

En bref : Hoffman Racing 40
Boitier (diamètre) 40mm
Boitier (épaisseur) 12mm
Boitier (matière) Acier 316L
Mouvement Seiko VK64
Verre Saphir plat
Etanchéité 5ATM
Bracelet Cuir, boucle ardillon
Entrecorne 20mm
Cadran Noir, autres déclinaisons
Luminescence Aiguilles et indexes
Complication(s) Petite seconde

La marque

Hoffman est une marque américaine, créée en 2016 qui crée des montres sportives. 

L’idée est de ré-imaginer les chronos automobiles classiques, en dessinant des garde-temps modernes, et avec un aspect haut de gamme.

Cette montre est leur premier modèle, qui a d’abord été lancée en petite série, puis finalement vendue à plus grande échelle. Aujourd’hui, ils ont le chrono que vous découvrez ici, à quartz, la même en version mécanique, et une plongeuse.

On trouve sur leurs réseaux sociaux des photos très épurées, modernes, et pas trop “testostéronisées”, comme peuvent le faire d’autres marques qui misent trop sur l’esprit masculin/voiture.

J’ai eu de très bons contacts avec Will Hoffman, le créateur de la marque. Nous avons pas mal échangé par messages, et c’est un vrai passionné, pas un créateur de “machine à fric”.

Il m’a d’ailleurs joint une lettre (que je garde pour moi, vous comprendrez) qui m’explique qu’il s’est inspiré de l’avis que je donne sur mes tests pour créer sa montre. J’ai donc indirectement participé à la création de cette Racing 40. J’ai été très surpris et ému, et très heureux ! C’est une belle histoire, que je prend plaisir à raconter quand je parle de cette montre 🙂

 

La montre

La Racing 40 est donc la première montre de Hoffman, et elle existe à quartz ou en mécanique à remontage manuel (avec un Seagull ST19).

J’ai opté pour la version quartz car son prix m’a surpris. 160€ pour une montre aussi jolie, avec des caractéristiques pareilles, c’est très intéressant. On est sur la même fourchette de prix que ce que propose William L. 1985.

Elle est déclinée en 11 couleurs différentes. On a le choix pour la couleur du boitier (gris, noir, ou or jaune) et du cadran (noir, jaune, panda, panda inversé, bleu marine et vert). 

Quelques déclinaisons sont déjà épuisées, donc je vous conseille de craquer rapidement si vous le souhaitez !

Ses caractéristiques sont tout à fait actuelles, avec de l’acier 316L, un verre saphir, un bracelet en cuir, et un mécanisme meca-quartz.

 

Le boitier

En terme de caractéristiques, le boitier de cette Racing 40 (qui porte bien son nom) mesure 40mm de diamètre pour 12mm d’épaisseur. Cependant, elle parait plus compacte, probablement grâce au dessin du cadran.

Le revêtement est brossé sur la plupart de la surface, sauf sur les flancs et les boutons, qui sont polis. 

L’acier utilisé est du 316L, et le verre est en saphir plat. On trouve sur la face avant une lunette graduée d’une échelle de tachymètre, dont les finitions sont excellentes !

La largeur d’entrecorne de 20mm permet de changer de bracelet rapidement, et donne une bonne proportion à l’ensemble.

Le rendu global est simple, épuré, et sans complexité particulière. Les courbes sont douces mais anguleuses où il faut, et les assemblages sont très bons !

Son étanchéité est de 5ATM, et le fond est fermé par 6 vis plates. Il est gravé du nom de la marque, du numéro de série, et des informations habituelles.

La couronne est gravée du logo de la marque, et se manipule simplement.

 

Le cadran

Cette Racing 40 utilise le schéma “Panda”, mais en inversé. Il s’appelle le “Reverse Panda”. C’est très simple, puisqu’il s’agit d’utiliser le noir pour les cadrans du chrono, et le blanc pour le reste (ou l’inverse…).

C’est un style très populaire, présent sur une grande partie des montres typées automobiles. Il permet une bonne lisibilité, une variété dans les formes du cadran, tout en restant fonctionnel.

La lisibilité est excellente, notamment grâce aux aiguilles rectangulaires qui se placent précisément sur les indexes, et sur le chemin de fer qui fait le tour du cadran, sur fond blanc.

Les deux compteurs du cadran ont un fond décoré de cercles concentriques, et les aiguilles sont noires. La précision des éléments est sans défaut, et les ajustements sont parfaits !

Celui de gauche indique les minutes du chrono, et celui de droite indique l’heure en format 24h.

Une touche de luminescence est présente sur les aiguilles, et sur de petites pastilles à chaque heure.

Pour résumer, c’est un cadran très lisible, simple, sans trop de complications et élégant. Le schéma de couleur Panda est toujours très apprécié, et je fais partie du groupe de fans 🙂

 

Le mouvement

Cette Racing 40 est alimentée par un mouvement à quartz mécanique. C’est à dire qu’il utilise le quartz pour afficher l’heure, mais un module mécanique pour le chrono.

Cela permet d’avoir un chrono précis et traditionnel, sans pour autant utiliser un mécanisme mécanique.

C’est le calibre VK64 de chez Seiko qui a été choisi. C’est une valeur sûre de précision et de robustesse. Beaucoup de montres qui utilisent le méca-quartz font le choix de ce calibre.

 

Au poignet

Par son gabarit plutôt compact, cette montre se place parfaitement sur le poignet. 

Le bracelet est en cuir aux motifs crocodile, et il se ferme par une boucle ardillon qui n’est pas décorée, mais dont la forme change des boucles habituelles.

Je trouve que le bracelet n’est pas un excellent choix, j’aurais plutôt opté pour une version en cuir noir percé de trous, un bracelet “rally”. C’est bien mieux adapté à une montre inspirée de l’automobile.

Le bracelet choisi est plutôt de bonne qualité, mais je trouve le revêtement un peu trop brillant. J’aurais préféré un cuir mat, mais ce sont mes goûts 🙂

L’avantage, est qu’avec sa largeur de 20mm, vous pourrez changer très simplement si vous le souhaitez.

 

Le packaging

Hoffman livre sa Racing 40 dans une belle boite rectangulaire et plate. 

Elle est en carton noir épais et décorée du logo de la marque. Une surboite en carton protège le tout.

A l’intérieur, la montre est logée dans une mousse rigide, et protégée par les habituels petits disques statiques.

On trouve aussi le certificat d’authenticité, la garantie, et un “Thank you” dans une petite pochette en plastique noire. C’est original, et elle pourra être utilisée pour d’autres choses.

C’est un emballage séduisant, simple et agréable à ouvrir, sans pour autant trop en faire.

 

Conclusion

Dès le départ, cette Racing 40 m’a plu. C’est une jolie montre, sans prétention, vendue à un prix très correct… 

Les matériaux choisis sont très bons, les assemblages sans aucun défaut, et le dessin du cadran est précis et rend la lecture très rapide.

Seul le bracelet est critiquable, mais encore, dans tout mon entourage, seulement moi n’y adhère pas trop. 

Au poignet, c’est une montre très agréable. Elle s’associera facilement avec toutes les tenues, qu’elles soient très chics ou plus décontractées.

Le packaging est sympa, agréable à ouvrir et la montre est bien protégée. J’apprécie la petite pochette pour les papiers, cela permet de varier un peu des autres marques.

En bref, c’est une bonne montre au style classique, moderne, et à prix très compétitif ! Vous pouvez y aller les yeux fermés, La Petite Trotteuse valide !

 

Acheter la Hoffman Racing 40 ici (160€)

Les plus
  • Look classique et élégant
  • Qualité d’assemblage
  • Prix plutôt bas
  • Packaging séduisant
  • Confortable

 

Les moins
  • Un autre choix de bracelet serait à envisager 

 

 


Galerie photo :

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Article

Yema Flygraf Pilot - Test et avis

Next Article

Alpina Startimer Pilot (quartz) - Test et avis

Related Posts