Les coulisses de La Petite Trotteuse

Vous êtes nombreux à me demander comment je travaille, quel matériel j’utilise, et comment je fais pour “trouver toutes ces montres”.

A travers ce petit article, je vais essayer de vous donner les informations les plus demandées, celles qui vous montreront que derrière ce contenu, il y a beaucoup de travail 🙂

Je rappelle que La Petite Trotteuse est un site que j’administre sur mon temps libre, c’est un site “passion”, donc l’idée n’est pas de gagner de l’argent, mais bien de partager une passion avec vous, chers visiteurs !

 

Le site

Ça parait un peu étonnant puisque vous y êtes déjà, mais êtes-vous sûrs de bien connaître La Petite Trotteuse ?

C’est un site web (pas un blog s’il vous plait…) qui est consacré à l’horlogerie à petit prix. Par horlogerie je n’entends pas l’horlogerie de pointe, mais plutôt les montres accessoires, les bijoux que l’on aime porter avec sa nouvelle chemise ou sa robe d’été…

On trouve aussi ici quelques accessoires, toujours taillés pour vos montres.

La Petite Trotteuse a été lancé en Janvier 2015, c’est un site WordPress qui utilise un thème que j’ai presque entièrement modifié, et qui est hébergé chez OVH… Voilà, vous savez tout !

J’administre ce site seul, mais je bénéficie d’une grande aide morale et psychologique de la part de ma femme Stéphanie. Mes amis savent aussi me motiver en s’intéressant à ce que je fais, en me donnant leurs avis sur mes vidéos, et en en discutant avec moi, tout simplement. Ma famille m’encourage aussi dans cette belle aventure, donc un grand merci à tous !

En ce qui concerne la communication, il y a une adresse email que vous pouvez utiliser pour me contacter : contact@lapetitetrotteuse.com. Vous pouvez aussi me trouver sur les réseaux sociaux, où je suis plus (ré)actif.

 

Les articles

Au début de La Petite Trotteuse (avant même que vous ne connaissiez), je publiais 6 articles par jour. C’est un rythme énorme que j’arrivais à tenir parce que j’avais énormément de matière, et pas mal de temps libre 🙂

Je voulais aussi “ouvrir” un site sur lequel il y aurait déjà un peu de contenu. Imaginez vous arriver sur un site où il n’y a aucun contenu, ou alors 2 articles. Que faites-vous ? Vous partez, et vous ne reviendrez peut-être jamais.

J’ai créé le domaine le 4 Janvier 2015, et je l’ai ouvert au public 10 jours après, avec déjà une soixantaine d’articles. Je sais, c’est impressionnant, je suis moi même étonné d’avoir pu tenir un tel rythme… Ceci dit, j’y ai passé quelques soirées, matins, et nuits…

Pour trouver toutes ces montres, je parcours de nombreux sites de mode, de commerce, et j’utilise Pinterest, Instagram et évidemment Facebook. Ce sont de précieuses ressources qui sont presque sans fin (tout du moins pour l’instant !). Je suis aussi maintenant contacté assez souvent (deux ou trois fois par semaine) par des marques qui souhaitent que je présente leur montre. Sympa !

Chaque fois que je trouve une nouvelle montre, je l’étudie rapidement, de façon à savoir si elle vaut le coup d’être présentée. Si ce n’est pas le cas, poubelle. Si elle est intéressante, je creuse un peu plus, en étudiant ses caractéristiques, son design, et son prix.

Evidemment, j’ai des préférences très nettes pour certains modèles, et c’est du coup plus facile d’écrire à propos de celles-ci que pour certaines que je juge intéressantes mais qui ne me plaisent pas, ou peu.

Je ne copie-colle jamais. Quel intérêt de lancer un site web si c’est pour bêtement recopier le contenu que l’on trouve ailleurs? En plus de ça Google n’aime pas les duplications de contenu, donc aucun intérêt.

Pour un article complet (recherche, écriture, publication…) je passe environ 1h. 2 montres par jour, 2h par jour. C’est peut-être beaucoup pour certains, mais n’oubliez pas que quand on est passionné, les limites, on les oublie.

J’aime beaucoup écouter de la musique en écrivant mes articles, cela m’aide à me concentrer, et à être créatif. Je vous propose ma Playlist Spotify (vous pouvez écouter gratuitement) :

Tout ne vous plaira pas, c’est sûr, mais vous trouverez peut-être votre prochaine chanson préférée 😉

 

Quand je publie un article, je n’oublie jamais (au grand jamais) de mentionner la catégorie, les tags, et de choisir un titre suffisamment simple et évocateur.

Je suis tout à fait contre la pratique du “putaclic” qui consiste à donner un nom à un article qui ne correspond pas au contenu, sous simple prétexte d’attirer un maximum de clic.

Il y aurait beaucoup de choses à dire sur les articles en eux-même, mais je pense que c’est suffisant. De toute manière, si vous avez d’autres demandes, je peux y répondre 😉

 

Les vidéos

Vous l’avez certainement remarqué, mais La Petite Trotteuse dispose d’une chaîne Youtube ! Loin de vouloir égaler les grands comiques qui ont envahi les tendances ces dernières années, j’aimerais que ma chaîne devienne une référence en terme de tests de montres !

C’est un énorme travail. Alors que je passe une heure pour un article, il faut compter environ 10 fois plus pour une vidéo. Les vidéos que vous voyez sont en général d’une durée de 10 minutes. 10 heures pour 10 minutes, c’est un résultat assez impressionnant, et je me trouve plutôt rapide.

J’ai commencé avec un appareil photo Sony RX100 qui m’a vraiment beaucoup plus, qui m’a permis de faire des vidéos très correctes pour un budget maitrisé. D’ailleurs au début, je ne filmais que du dessus !

C’était une vue très pratique pour montrer les détails de la montre, mais qui manquait cruellement de dynamisme. Je m’efforce d’être créatif, dynamique, et surtout de donner envie de regarder les vidéos. Je ne gagne aucun argent dessus, 0€ ! Pourquoi ? Parce que je refuse de monétiser mes vidéos avec des publicités immondes.

On en voit largement assez sur d’autres sites ou à la télévision, je préfère vous épargner ça. En plus, il faut compter environ 1000 vues pour gagner 10 centimes… Autrement dit, ça ne me rapporterait presque rien.

Pour une vidéo, il y a plusieurs étapes :

  1. Trouver la montre ! Et oui, il faut savoir de quoi parler, avant d’en parler…
  2. Analyser la montre. Forcément, pour pouvoir vous en parler, il faut que je la connaisse moi même.
  3. Préparer le test. Je rédige TOUJOURS un test avant de commencer la vidéo. Celui-ci me sert de trame pour l’enregistrement.
  4. Enregistrer la vidéo. Je m’enregistre face caméra. Il y a en général deux prises, une qui termine dans la corbeille et une qui est utilisée pour le montage. J’imagine qu’avec le temps, je n’en ferais plus qu’une 🙂
  5. Filmer la montre. Les tests sont maintenant composés d’une vidéo où on me voit, et de plusieurs autres vidéos (des B-Roll) où on voit la montre sous toutes ses coutures. J’utilise pour ça les décors de Lille, les lumières naturelles, ou mon matériel, chez moi.
  6. Faire le montage. Et c’est peut-être le plus long. La première phase est le “dé-rushage”, une étape primordiale qui me permet de faire le tri dans les plans à garder et ceux à supprimer. Ensuite viennent les retouches colorimétriques qui permettent de donner un bon teint à l’image, et de faire des images “wouaouh”. Puis vient la partie de montage, où j’assemble les images de la montre par dessus celles de ma voix et de ma figure. Ensuite c’est l’export, et la publication.

Les paramètres de chaque vidéo sont identiques. Je filme avec un appareil qui me permet d’enregistrer en 4K à 50 images seconde. Je n’exporte pas en 4K, simplement parce que peu d’écrans peuvent afficher 3 840 × 2 160 pixels. La 4K me permet de zoomer sur certains plans sans perdre en qualité ! C’est tout bête 😉

Les vidéos sont exportées en résolution Full HD (1920 x 1080 pixels), c’est largement assez pour que la qualité soit suffisante.

 

 

En pleine préparation du prochain test ! Ça va envoyer du lourd 🙂 #videomaker #influencer #digitalinfluencer #blog #watch #fashion #review #youtube

Une publication partagée par La Petite Trotteuse (@petitetrotteuse) le

Le matériel

Pour mes vidéos et photos, j’utilise un matériel assez conséquent, qui me permet de vous proposer des rendus de bonne qualité (je l’espère), et sans devoir tout retoucher.

J’utilise depuis peu un appareil assez génial, le Panasonic Lumix G7. L’objectif qui y est vissé est le Lumix 20mm f1.7 qui permet d’avoir une excellente luminosité, même en basse lumière.

Cet appareil est génial. L’écran rotatif me permet de me voir pendant les tournages, de voir si je suis bien dans le cadre, et si la mise au point est bonne. Je ne le maitrise pas encore à 100%, mais j’ai bon espoir d’être encore plus à l’aise pour les prochaines vidéos !

Ce Lumix G7 dispose aussi d’une mise au point précise, sur un point précis. Cela me permet de faire des travelling plutôt réussis, et dont je suis très fier !

Cet appareil est monté sur un trépied Manfrotto (merci Guillaume de me prêter le tiens régulièrement), deux softbox sont placés dans la pièce de façon à avoir une lumière précise, et c’est presque tout.

Pour les travelling j’utilise un petit “dolly”, une sorte de mini skateboard en métal sur lequel je peux placer mon appareil photo.

Pour avoir la liste complète du matériel que j’utilise, je vous renvoie vers le site kit.com : kit.co/vbcqlt/la-petite-trotteuse-kit

 

Les évolutions

Je ne suis pas du genre à rester sur des acquis. La Petite Trotteuse fonctionne bien, le succès après un an et demi de vie est juste impressionnant, et je suis très satisfait et reconnaissant.

Mais, ça ne s’arrête pas là !

J’ai plusieurs projets que je compte faire aboutir dans des temps plus ou moins proches, et que je préfère conserver pour moi pour l’instant 😉 Vous en saurez bien assez, bien assez vite !

Sinon, je compte améliorer encore mes vidéos. J’investis pas mal de mon argent dans du matériel me permettant d’améliorer le rendu de mes médias, et je compte maintenant m’en servir bien comme il faut, pour que vous adoriez regarder mes tests !

Je pense d’ici la fin de l’été faire un shooting photo dans les rues de Lille pour illustrer ma couverture Facebook et Youtube. Je compte pour ça sur mon pote Guillaume, qui saura faire la mise au point comme il faut !

Aussi, j’ai pour idée de réaliser une vidéo sur les coulisses de La Petite Trotteuse, pour que vous voyez ce qui se passe réellement, et pour illustrer cet article.

 


J’espère que cet article aura su répondre à vos questions !

Je vais probablement réaliser une vidéo le résumant, ce qui me permettra d’enrichir mon contenu d’une illustration du travail qui est derrière ce fabuleux site web !

 

Merci à tous pour votre fidélité, et n’oubliez pas, ce n’est que le début !

Total
5
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous Article

MVMT s'adapte aux petits poignets

Next Article

Test : Briston Diver Automatic

Related Posts